14 mars 2016

Caste Heaven, tome 1 - Chise Ogawa

caste heaven t1Titre : Caste Heaven 
Tome : 1
Série en cours
Auteur : Chise Ogawa
Éditions : Taifu
Nbre de pages : 192
Date de sortie :  13 janvier 2016

Il en dit quoi le résumé ? Gouvernée par un système de grades cruel et arbitraire, la jalousie, la convoitise et la peur règnent dans cette école. Parmi les étudiants, Azusa a obtenu le rang de ''Roi'' lors du précédent jeu. Craint et respecté de tous, il n'a aucune gêne à persécuter ses camarades, mais cette situation change le jour où un nouveau jeu est lancé. Sûr de le remporter une nouvelle fois, Azusa va devoir faire face à la trahison d'un de ses lieutenants, qui va le faire descendre au plus bas rang du classement, celui de souffre-douleur.

Et moi, j'en pense quoi ? Non, non, non, et NON !
Des viols, encore. Sérieusement ?
Et une victime qui apprécie ce qu'elle vit. Vraiment ?
Fuck !
Ras la touffe de ça.

Mais le pire, je crois, ce qui m'a encore plus dérangé, c'est que Azusa, la victime, est un connard. Au début de l'histoire il a été désigné roi, il abuse de ce pouvoir et il nous est montré comme une parfaite petite raclure pour qu'au final on se dise "bah, c'est pas si mal fait pour sa gueule, ça lui apprendra l'humilité."
Sauf que ça me fait franchement chier qu'on tente de me faire penser que le viol punitif peut-être une solution correct...

A cause de ça j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire et a me sentir vraiment concerné par les personnages durant toute la première partie.
La seconde concerne deux autres élèves, Kuze et Kusakabe, qu'on a eu un peu l'occasion de voir apparaitre en seconde plan avant ça. Leur histoire est teintée de beaucoup plus de bienveillance et est carrément plus agréable à suivre. Si le prochain tome s'attarde d'avantage sur eux il est possible que je me laisse tenter mais si ce n'est pas le cas ce sera sans moi.

Ce qui est triste c'est que l'on passe à coté d'une trame qui pourrait être novatrice dans le sens où Azusa se rebelle contre le système et pourrait donner naissance à une forme de résistance au sein de son lycée. Bien sur il tient tête à son oppresseur, et c'est là que nous avons une idée intéressante, mais il se laisse aussi aller à ressentir quelque chose à son égard, et ça ça pue.
J'aurais plutôt envie de le voir manipuler Karino, trouver le moyen de lui pourrir la vie et surtout ne pas le voir en tomber amoureux. Mais ce premier tome n'est clairement pas assez sombre pour laisser présager une telle suite dans les prochains.
A voir donc, mais avec plus d'une pointe de doute.

En résumé :
Point positifs :
Une idée tordue et originale qui a un vrai potentiel pour peu que l'histoire s'assombrisse à l'avenir.
Points négatifs : La victime qui tombe amoureuse de son agresseur...


10 mars 2016

Le Bâtisseur tome 1, Les Braises de la Colère - Christophe Trouslard

braises de la colereSalut visiteur ! 

Le blog a déménagé, retrouve la critique des Braises de la Colère sur le nouveau.

Bonne visite et à bientôt.

 

Enregistrer

08 mars 2016

Perceval ou le Conte du Graal - Chrétien de Troyes

percevalTitre : Perceval ou le Conte du Graal
Nbre de tomes : 1
Auteur : Chrétien de Troyes
Éditions : Hachette Éducation
Nbre de pages : 143 (dont un bon quart de questions sur la lecture)
Date de sortie : 10 septembre 2008

Il en dit quoi le résumé ? Sur les terres de sa mère, la Veuve Dame de la Déserte Forêt, le jeune Perceval mène une existence paisible. Il ignore tout du fracas des combats chevaleresques, car sa mère ayant déjà perdu un époux et deux fils dans ces affrontements, a tout fait pour que son cadet ignore cet univers. Mais un jour, le jeune Gallois croise une troupe de cavaliers en armure: il les prend pour des anges, il en est ébloui. Dorénavant un seul but l'anime: se rendre à la Cour du Roi Arthur pour y être adoubé. Il souhaite faire ensuite la preuve de sa vaillance, en affrontant des guerriers chevronnés. Échappera-t-il aux multiples pièges qui l'attendent sur sa route? Deviendra-t-il l'égal de ces chevaliers qu'il admire tant?

Et moi, j'en pense quoi ? Voilà une histoire qui a vraiment beaucoup vieillit. Et pas franchement en bien.

J'ai un peu de mal à concevoir qu'une légende aussi imposante que celle du roi Arthur ai pu naitre d'histoires telle que celle ci. Je trouve ça pour le moins surprenant.

J'ai trouvé les actions très mal décrites et surtout survolées. On a rarement droit à plus que "Le chevalier chargea Perceval. D'un coup de lance le jeune homme désarçonna son adversaire et gagna. L'autre cria à se vidant de son sang."
On admettra que c'est assez limité.

Aussi les scènes se suivent et s'enchaînent sans qu'on ne s'attarde vraiment sur rien, ça ne pousse pas à rentrer dans l'histoire. Mais pour le coup la faute revient peut-être à l'éditeur car cette édition est TRÈS décevante, ce ne sont que des extraits, ce qui n'est pas précisé au moment de l'achat si vous le faites en ligne, et ce qui donne un coté brouillon, fouillis et surtout non terminé (obviously) au texte.

De fait on s'ennuie ferme tout le long et j'ignore si la faute doit en être imputée à l'auteur, qui aurait une excuse valable vu l'époque à laquelle le livre a été écrit ou à l'adaptatrice, qui elle n'en aurait aucune.

Du coup si je déconseille vraiment cette édition, surtout pour un public jeune, je ne peux pas honnêtement en dire de même de l'histoire. Il s'agit tout de même d'un classique et pour peut qu'on ai l’entièreté de l'histoire en main et non quelques morceaux choisit grossièrement le ressentit final devrait être assez différent.
De plus il ne faut pas oublier l'époque à laquelle ce fut écrit et ne pas juger ce texte comme on le ferait d'un contemporain.

En résumé :
Point positifs :
Un classique qui a survécu au temps et a contribué à donner naissance à la légende Arthurienne.
Points négatifs : Une édition décevante ne comprenant que des extraits et tendant à fausser l'impression générale ressentie. 

Livre lu dans le cadre du défi lecture 2016 pour la catégorie 53 : Un livre dont l'auteur est décédé

def LEC 2016

07 mars 2016

Not Equal ≠ Reibun Ike

not equal couvTitre : Not Equal ≠
Nbre de tomes : 2. Série terminée
Auteur : Reibun Ike
Éditions : Taifu Comics
Nbre de pages : 192 et 192
Date de sortie : 18 octobre 2012 et 15 janvier 2013

Il en dit quoi le résumé ? Les parents de Ryo ont divorcé alors qu'il n'était qu'un petit garçon. La dernière image qu'il a de son père est celle d'un grand frère. Il vit seul avec sa mère depuis lors mais finit par aller voir son père, qui lui paraît toujours aussi jeune. Ryo se remémore alors le passé. Mais que se passe-t-il quand le temps fait des siennes et qu'il se retrouve projeté dans le passé ? Découvrez une histoire d'amour impossible dans cette nouvelle série au graphisme fin et expressif.

Et moi, j'en pense quoi ? Série courte en deux tomes, Not Equal ≠ est un yaoi plutôt intéressant, avec très peu de scènes explicite, qui nous conte l'histoire d'un jeune homme, Ryo, qui, par un procédé inconnu et un peu magique, va être propulsé dans le passé où il fera la rencontre de son père alors âgé de quelques années de moins que lui et qui va, en faisant sa connaissance, petit à petit en tomber amoureux.

Alors, voilà clairement un manga au sujet qui peut déranger !
L'inceste, tout ça, c'est assez mal vu même chez les fans de yaoi. Et pourtant l'histoire est plutôt sympa, les personnages sont énergique, agréables et attachants bien que parfois un peu énervant, en particulier le jeune Konomi de par sa naïveté.
Au début de l'histoire Ryo se rend chez son père qu'il n'a plus vu depuis son plus jeune age et s'il est évident que ce dernier reçoit un choc en découvrant son fils nous n'en savons pas beaucoup plus sur eux à ce moment.
Et ce n'est pas vraiment important puisque très vite l'adolescent se voit propulser 22 ans en arrière et débarque ainsi dans la vie de Konomi alors âgé de 14 ans et en plein deuil familial.

Commence alors un été un peu particulier où les deux garçons vont se rapprocher et apprendre à se connaitre. Où des sentiments naitront assez rapidement bien que Ryo soit avant tout perturbé par la crainte de ne pas pouvoir retourner dans son époque et où ils panseront tout deux leurs blessures à leur façon.

L'histoire va prendre un tout autre tournant quand Ryo sera renvoyé à notre époque, là où son père a 25 ans de plus que lui et est... hé bien son père. Ce qui en soit est déjà un sacré problème. Les deux hommes vont alors devoir décider quoi faire de leurs sentiments incestueux et vont passer un bon moment à se repousser de peur de faire quelque chose de vraiment mal.

Les dessins sont assez ordinaires, pas du genre à me faire rester sur chaque planche 10 minutes (hélas) mais pas non plus horrible au point où on en vient de sa dire que l'histoire aurait été beaucoup mieux dessinée par quelqu'un d'autre et quoique les plans rapprochés soient en général très plaisants. Konomi a un certain charme en version adulte non rasé et non coiffé mais c'est à peut près tout. Ryo en version totalement adulte est en revanche totalement imbuvable, heureusement qu'il est ado et sympa lors de la grosse majorité de l'histoire.

Au final ce n'est pas une lecture indispensable mais elle est agréable quand même.
Je conçois que le thème puisse déranger mais en même temps le voyage dans le temps et le fait que Ryo n'ait pas passé son enfance avec Konomi désamorcent grandement les problèmes moraux qui pourraient être soulevés bien plus fortement sans ces "facilités".
C'est un manga que je voulais vraiment lire après être tombée sur son résumé et, même s'il ne figure pas tout en haut de mon top personnel, j'aurais tendance à le recommander aux lecteurs et lectrices qui cherchent à lire des yaois un peu plus élaborés que les sempiternels histoires de seme insolents et agressifs abusant de petits yuke tout frêles à la bouche en cœur.

En résumé :
Point positifs :
Une idée de départ originale et relativement bien traitée. Un thème peu courant.
Points négatifs : Une version finale de Ryo qui n'est pas loin d'être insuportable alors qu'il était plutôt charmant avant.

Article initialement publié sur Yatta-Fanzine

05 mars 2016

Le Placard, une impro contée [Audio book gratuit]

Hey bande de caramels aux orties !

De l'unique. Du nouveau, Aujourd'hui pas de nouvelle contée mais une nouvelle improvisée.
Enfin du changement !
C'est un exercice excessivement compliqué en fait, plus encore que je ne l'imaginais, mais j'avais envie de nouveauté.

Comme d'habitude j'attends vos retours, vos critiques, vos encouragements ou tout ce que vous jugerez utile de me donner pour m'aider à m'améliorer.

 

J'ai honte de la chute. Vraiment.

le placard


04 mars 2016

Seuls tome 9. Avant l'enfant-Minuit - Gazzotti et Vehlmann

seuls 9Titre : Seuls. Avant l'enfant-Minuit
Tome : 9
Nbre de tomes : 9. Série de cours
Illustrateur : Gazzotti
Scénariste : Vehlmann
Éditions : Dupuis
Nbre de pages : 42
Date de sortie : 16 octobre 2015

Il en dit quoi le résumé ? Grâce à leur victoire dans les arènes, Dodji, Leïla, Yvan et Terry ont gagné le droit de quitter Néo-Salem, laissant derrière eux Camille qui a décidé de rester près de Saul afin de veiller sur lui... et de l'empêcher de nuire, même à distance, à ses amis. Très vite, les quatre enfants sont bloqués par la neige et un moteur défaillant. Réfugiés dans un chalet, la tension monte. Leïla pète un câble : elle en a marre de suivre aveuglément Dodji sans que celui-ci daigne expliquer à ses amis ce qu'il cherche. Car Dodji a une terrible peur : il craint d'être l'Enfant-Minuit, autrement dit l'élu du Mal. Et il est persuadé que la seule personne qui puisse le renseigner à ce sujet est le Maître Fou qu'il a entraperçu dans la montagne en arrivant à Néo-Salem. C'est donc seul qu'il décide de continuer son enquête. Ce qu'il ignore, c'est que, à peine est-il parti, Leïla, Yvan et Terry tombent entre les mains d'Achille et de ses cruels miliciens. Les héros de Seuls sont confrontés à un terrible danger qu'ils ne connaissaient pas jusqu'ici : la séparation !

Et moi, j'en pense quoi ? Un tome vraiment très intéressant avec des révélations vraiment surprenantes. Il termine le deuxième cycle et se clôture sur des choses très intrigantes. On a hélas un peu l'impression qu'il ne s'est pas passé tant de choses que ça (alors qu'en fait si, il s'en est même passé pas mal en peu de pages). Espérons juste que le prochain tome ne trainera pas autant que celui ci à sortir parce qu'à force d'attendre (2 ans quand même) on fini par se demander si vraiment ça en vaut la peine. Personnellement j'ai failli ne pas l'acheter alors que j'étais dépitée quand Gazzotti a annoncé que l'album aurait un an de retard.

Détail important : L'histoire part de plus en plus dans tous les sens. Ce n'est pas une mauvaise chose en soit, du moment que les auteurs savent où ils vont et où ils nous emmènent. Ce que j'espère vraiment. Ce serait dommage d'en être arrivé là et de finir sur un pétard mouillé à la Lost.

En résumé.
Point positifs :
L'histoire est de plus en plus prenante et de plus en plus sombre.
Points négatifs : Publication fort lente.

03 mars 2016

Abyss tome 1 - Ryuhaku Nagata

abyss CouvTitre : Abyss
Tome : 1. Série en cours
Auteur : Ryuhaku Nagata
Éditions : Soleil Manga
Nbre de pages : 160
Date de sortie : 27 janvier 2016

Il en dit quoi le résumé ? Un groupe d'individus se réveille dans un étrange souterrain avec très peu de souvenirs de leur ancienne vie. Dans leur main, un interrupteur appelé « trigger » qui leur donne chacun accès à un pouvoir spécial. Ils vont alors devoir coopérer les uns avec les autres afin de trouver la sortie, et surtout, échapper aux créatures monstrueuses, les « Eatman », qui errent dans les couloirs avec la ferme intention de tous les tuer.

Et moi, j'en pense quoi ? Le pitch n'est pas révolutionnaire (des personnages se réveillent sans souvenirs dans un endroit dont ils ne savent rien et doivent collaborer pour s'en sortir) mais est amplement suffisant pour attirer les lecteurs curieux et/ou versés dans l'horreur.
Et puis, ce n'est pas parce que ça a déjà été vu ailleurs que ça ne peut pas tout de même donner naissance à une bonne série.
En ce qui me concerne ce fut la curiosité qui l'emporta. Et la couverture plutôt cool avec verni sélectif et éclaboussures.

Une fois les premières pages tournées on découvre notre héro, Hibiki Dan, un adolescent à première vue quelconque, voire même un peu blasé, qui ne semble pas s’inquiéter plus que ça de se réveiller seul dans une sorte d’entrepôt sous les eaux. Il se fait rapidement sauver les miches par d'autres rescapés et découvre par la même qu'un monstre se promène dans les couloirs dans l'intention de tous les bouffer.

De manière générale les personnages sont hélas un peu plats, on ne sait pas encore grand-chose à leur sujet à l'issue de ce premier tome et c'est un peu dommage. Certains vont mourir, mais vu qu'on ne sait rien à leur sujet, ils le feront un peu dans l'indifférence générale.
Le personnage principal, Dan, est actuellement le seul a se démarquer des autres, en même temps c'est le héros me direz-vous. Mais il a l'air d'en savoir un peu trop sur tout et ce de façon tout à fait instinctive, ce qui est à la fois illogique et un poil gonflant. Il prend le contrôle des opérations, découvre à quoi sert son trigger comme si ça allait de soi, personne ne remet en cause ses décisions et tout le monde le suit... Je veux bien qu'ils soient tous carrément déboussolés par ce qui leur arrive mais il serait intéressant de voir les autres personnages lui tenir tête de temps à autre, ça les rendrait tous plus sympathiques.

Maintenant la lecture n'est pas désagréable non plus. On se demande sincèrement ce qu'ils font là, comment et pourquoi ils y sont arrivés. Certains personnages secondaires ont du potentiel et s'ils sont davantage exploités dans le prochain tome, ils devraient aider à remonter le niveau.
Il y a vraiment des idées intéressantes mais elles ne sont pas encore assez développées, espérons que ce sera le cas dans les tomes suivants.

Je sors donc  mitigée de ce premier volume, il n'est certes pas mauvais et se laisse même lire facilement mais il manque d'un peu trop de choses pour se retrouver en coup de cœur.
En ce qui me concerne, le prochain tome sera décisif quant à mon envie de prolonger ou non la série et s'il est du même niveau que celui-ci, ça risque de ne pas suffire.

En résumé :
Point positifs :
Une idée de départ sympa, un tome qui se laisse lire.
Points négatifs : Un début un peu faible avec un héros un peu trop parfait.

Article initiallement publié sur Yatta Fanzine.

02 mars 2016

Arte, tome 3 - Kei Ohkubo

arte couv 3Titre : Arte
Tome : 3
Nbre de tomes actuellement disponible : 3
Série en cours
Auteure : Kei Ohkubo
Éditions : Komikku
Nbre de pages : 194
Date de sortie : 25 février 2016
Toujours un coup de Coeur !

Il en dit quoi le résumé ? Alors qu’Arte continue de parfaire sa formation auprès de son maître, de plus en plus de voix s’élèvent à Florence contre l’incongruité de sa présence dans ce petit milieu artistique profondément marqué par la misogynie. La jeune fille réussira-t-elle à relever le défi lancé par la corporation des artistes peintres et à se faire sa place parmi ses pairs ?

Et moi, j'en pense quoi ? Voilà déjà la chronique du troisième tome d'Arte et oui, je vous entends vous plaindre que je commence à sérieusement vous bourrer le mou avec cette série. Mais le problème c'est qu'elle est géniale cette série et que j'aimerais vraiment que vous lui laissiez sa chance.

Alors oui, c'est l'histoire d'une jeune femme qui cherche à faire reconnaitre ses droits. Oui, c'est une histoire féministe. Oui, ça va forcément parler de sexisme de temps en temps.
Mais non, ce n'est pas que ça. Non, Arte n'est pas en guerre contre le genre masculin. Non, elle ne demande pas de faveur parce qu'elle est une femme et donc plus fragile qu'un homme.
C'est aussi et avant tout l'histoire d'une jeune fille motivée, obstinée, attachante, talentueuse, courageuse qui fait de son mieux, qui a le désir ardent d'apprendre et d'être un jour reconnue, qui agit au lieu de se plaindre, qui n'abandonne jamais.

Dans ce tome elle va apprendre à ne pas rester en retrait et à faire valoir sa valeur, non pas en tant que femme mais en tant qu'artiste. Elle va travailler dur. Elle sera folle de joie, abasourdie, épuisée et va même prendre part à une bagarre. Mais elle va aussi découvrir qu'elle a de vrai.e.s ami.e.s prêt.e.s à tout pour elle.

Son humeur et sa détermination font du bien. Elle nous motive à bouger, à donner le meilleur de nous même.
Elle est véritablement inspirante.
Elle rencontre des problèmes tantôt identiques tantôt différents de ceux que rencontrent les apprentis masculins gravitant autour d'elle et elle les résout tous, un par un, en n'hésitant pas à aller chercher les solutions chez celles et ceux qui sauront l'orienter sur la bonne voie.

Les personnages secondaires continuent sur leur lancée et ont une importance de plus en plus grande dans ce tome (Angelo, Veronica et Leo surtout). C'est évidement un plaisir tant iels sont tou.te.s passionnant.e.s.

Je me suis fait les trois premiers tomes en très peu de temps et je les ai tous chroniqué à part sur le blog en essayant de vous donner un maximum envie de les lire parce qu'ils me semblent être de ces livres qui apportent réellement quelque chose. J’espère y être au moins en partie parvenue et que vous me donnerez bientôt vos avis sur ces lectures.

En résumé.
Point positifs : Des enjeux sans cesse renouvelés, des personnages aux personnalités distinctes et intéressantes. Des dessins toujours somptueux.
Points négatifs : La relation entre Arte et Leo peut sembler ne pas beaucoup évoluer mais vu tout ce qui se passe à coté ce n'est pas très dérangeant. Et ça viendra bien un jour, ne pressons pas trop les choses.

01 mars 2016

J'ai lu quoi en février - 1 mois 1000 pages

Hey, tas de haies de baies ! 

On voit un peu ce que donne la récap de ce mois ci ?

Romans :
Le livreur (208p)  Chronique dispo ici.
Les braises de la colère t1 (p88 à 496) : Chronique dispo ici.
Le Carnaval aux Corbeaux (148 sur 320p) : Chronique dispo ici. 

Mangas :
Soul Eater t1 (192p) : Franchement pas terrible. Les persos sont gonflants, arrogants, pas super sympathique. L'histoire ne m’a pas du tout intéressée, en tout cas la façon dont elle a été mise en place. Et les dessins n'ont rien d'extraordinaire.
L'aventure n'ira pas plus loin pour moi.
Arte t1 (208p) Chronique dispo ici.
Arte t2 (208p) Chronique dispo ici.
Arte t3 (194p) Chronique dispo ici.
Assassination Classroom t8 (192p) : Première vraie mission pour la classe E. C'est très sympa de les voir se débrouiller en conditions réelles et ça permet un peu de renouveau en sortant du cadre habituel de l'histoire.
Assassination Classroom t9 (192p) : Un tome un peu plus léger dans le ton, ce qui est rafraichissant après l'intensité du précédant. Une bonne moitié se passe encore sur l'ile où l'on découvre de nouveau point faible de Koro Sensei, pas vraiment importants pour son assassinat mais qui le rendent encore un peu plus populaire. Pour la seconde partie retour en cours où le directeur va à nouveau trouver une façon de leur mettre des bâtons dans les roues.
Abyss t1 (160p) ; Chronique dispo ici.
Le requiem du rois des roses t4 (208p) : Chronique bientôt dispo. 
Rendez vous sous la pluie t1 (208p) : Chronique dispo bientôt.

Audio book :
Lettres de Marcel Proust (???p) : Chronique dispo ici. 

BD :
Seuls t9 (48p) : Chronique dispo ici.
Sois heureux ou meurs en essayant (200p) : Chronique dispo bientôt.
Sherlock Holmes et Dr. John Watson dans l'aventure du concussoris Magnus (116p) : Chronique dispo ici.
The Modern Prometheus t1 (42p) : Chronique dispo bientôt. 

On avait dit 2000 pages c'est bien ça ? Et j'en ai lues 2933 (sans compter Proust, donc). Ça me motive bien je dois dire, j'ai envie de viser les 4000 pour mars et avec au moins la moitié en non BD... Allez, je m'y essaie ! On verra bien. 

J'écris de moins en moins dans la récap au profit de vraies chroniques un peu tout le temps dans le mois. Dites moi si vous préférez ça ou si les grosses récap avec beaucoup beaucoup à lire vous plaisaient plus (ça m'étonnerait mais sait-on jamais).

lectures fev 2016

 

Posté par kobaitchi à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

29 février 2016

L'aventure du concussoris Magnus [Sherlock Holmes et Dr. John Watson dans] - Yayoi Neko

Couv_SherlockTitre : Sherlock Holmes et Dr. John Watson dans l'aventure du concussoris Magnus
Tome : 1
One-shot
Auteur : Yayoi Neko
Éditions : Les éditions Muffins
Nbre de pages : 116
Date de sortie : juillet 2010

Il en dit quoi le résumé ? Sherlock Holmes et le docteur Watson sont mandatés par Lady Éva Brackwell pour négocier avec l'horrible Charles Augustus Milverton la restitution de lettres compromettantes

Découvrez dans cette libre adaptation de la nouvelle de Sir Arthur Conan Doyle "L'aventure de Charles Augustus Milverton", une nouvelle vision de la relation partagée entre le célèbre détective Sherlock Holmes et son ami et biographe, le docteur Watson.

Et moi, j'en pense quoi ? En reprenant le texte original mot pour mot ou presque cette courte BD nous donne une vision de la relation entre Holmes et Watson comme certain.e.s (dont moi) l'ont vue en sous texte de l’œuvre d'origine, où les deux compères ne partagent pas qu'une belle amitié mais bien une relation plus fusionnelle encore.

Je ne suis ni une habituée ni une grande partisane de ce genre de dessin sans vraiment savoir expliquer pourquoi. Peut-être parce que les têtes semblent souvent trop petites, que les visages sont trop sévères ou les traits trop figés. Et pourtant ici ça ne m'a pas vraiment dérangée, mieux encore, dans bien des cases j'ai trouvé les dessins vraiment sympa. Passant du franchement mignon dans les scènes tendres au classe et énergique dans les moments d'action, l'auteure dévoile une palette de sentiments et des personnages profonds et crédibles auxquels on s'attache en un rien de temps.


Comme je l'ai dit le texte est exactement celui de la nouvelle dont il est tiré. Peut-être à quelques variantes près cela dit, n'ayant pas celle ci sous les yeux en ce moment je suis bien en peine de le vérifier. Mais l'ayant relue il y a quelques mois elle est encore assez précise dans mon esprit pour m'en rappeler et voir ce qui est davantage qu'une similitude.
Ici pas de rajout au niveau du texte ou de la trame de l'histoire permettant d'ajouter un peu de romance ou de sexe à l'ensemble comme on le voit dans de nombreuses fanfics mais une simple relecture illustrée permettant de faire apparaitre l'histoire et ses petits détails sous un jour nouveau.

Comme dans bien des adaptations Watson est adorable et, fort heureusement, loin d'apparaitre en nigaud maladroit comme ça a hélas été trop souvent le cas par le passé il nous dévoile ici nombres de ces cotés, de l'homme à la fois attentionné et fort au personnage qui nous amuse par ses mimiques et ses réactions spontanée. Il forme avec son compagnon d'aventures un duo frôlant la perfection en incarnant le personnage doux et bienveillant auquel on peut le plus facilement se raccrocher.

Comme nous le suggère l'auteure dans le court texte clôturant ce volume il est intéressant en lisant le Canon Holmésien de resituer l'histoire au temps où elle a été écrite et d'ainsi donner, si nous le désirons, une importance plus grande aux nombreuses allusions glissées un peu partout et nous rappelant sans cesse la relation fusionnel existant entre les deux hommes. En un temps où il aurait été inconcevable d'afficher en public son homosexualité est-il si impensable qu'un amour sincère ait été camouflé en amitié inconditionnelle?

 

Les éditions Muffins, où est éditée cette histoire, fermeront définitivement leurs portes le 31 mars. Avis est donc lancé aux fans du détective, s'iels veulent une chance de pouvoir compter ce volume dans leur bibliothèque il ne leur reste plus qu'un mois pour le commander.
L'ouvrage est de bonne qualité dans un format plus grand que les mangas traditionnels, permettant ainsi de s'attarder plus facilement sur les détails glissés ci et là par l'auteure, et plus petit que les BD franco-belge.
Il s'adapte ainsi parfaitement dans ma collection hétéroclite d'ouvrages consacrés à Sherlock Holmes.

Le Deviantart de Yayoi Neko
Son Tumblr
Son FB

Son Twitter

En résumé
Point positifs :
L'histoire n'est pas du tout nouvelle mais est vue sous un prisme different ce qui lui permet de se differencier des nombreuses redites. Aucune scéne érotique, ce n'est pas un yaoi avec pour seul but de faire se mouiller les culottes mais bien une enquête du detective avec un bonus d'amour.
Points négatifs : Holmes est carrément trop musclé, heureusement il n'apparait pas souvent torse nu (une seule fois en fait).

Ce livre s'inscrit dans le cadre du défi lecture 2016 pour la catégorie 51 : Un livre dont le titre contient au minimum 6 mots.

def LEC 2016