25 février 2016

Arte, tome 2 - Kei Ohkubo

Arte t2 Kei OkuboTitre : Arte
Tome : 2. Série en cours
Auteur : Kei Ohkubo
Éditions : Komikku
Nbre de pages : 208
Date de sortie : 19 novembre 2015
Coup de Coeur !

Il en dit quoi le résumé ? Encore ébranlée par des sentiments nouveaux qu’elle a du mal à contenir, Arte est entraînée par Veronica, sa mécène, dans un quartier miséreux de la ville.
La jeune artiste découvre la réalité sordide de la vie d’une ancienne courtisane de renom, qui a sombré dans la déchéance. Alors qu’Arte est sous le choc, Veronica lui demande quel est son rêve d’avenir.
Après cette magistrale leçon de vie, Arte est plus que jamais déterminée à prendre son destin en main et à tracer son chemin.

Et moi, j'en pense quoi ? Un second tome aussi intéressant et bon que le premier.
On en apprend plus sur Veronica, la courtisane, et, comme Arte, on en vient à se demander quel est le vrai visage de cette femme si particulière.
On retrouve aussi Angelo, toujours aussi perturbé par Arte, qu'il a du mal a cerner tant elle lui apparait comme étant différente des autres filles de sa connaissance.

Dans ce tome on fait aussi connaissance avec un nouveau personnage complexe et attachant qu'on devine sans trop de mal être un futur personnage secondaire récurant.

Finalement le grand"absent" de ce tome serait plutôt Léo, dont on ne sait toujours pas grand chose mais je suppose que ces informations viendront en temps et en heure.

Finalement ce tome est aussi bon que le premier. Les dessins sont toujours aussi soignés, les personnages sont complet.e.s et attachant.e.s, le thème est passionnant, c'est un gros coup de cœur.

Point positifs : Les dessins, le scénario très féministe sans "en faire trop", l'attention portée aux tenues. 
Points négatifs : Je ne vois toujours pas.

Cette lecture s'inscrit dans le défi SFFF - diversité, dans la catégorie 9 : Lire un roman graphique, une BD, un manga ou un comic avec une femme pour héroïne.

logo-diversité-petit


22 février 2016

Arte, tome 1 - Kei Ohkubo

Arte 1 Kei OhkuboTitre : Arte
Tome : 1. Série en cours
Auteur : Kei Ohkubo
Éditions : Komikku
Nbre de pages : 208
Date de sortie : 26 août 2015
Coup de Coeur !

Il en dit quoi le résumé ? Le hobby d'Arte, jeune fille aristocrate, à toujours été de dessiner et peindre. Une activité que son père à toujours encouragé et que ça mère à toujours dénié. Lorsque son père vint à décéder subitement, sa mère lui ordonne d'arrêter ses activités futiles. Arte repousse alors sa mère et se met un quête d'un atelier ou elle pourrait pratiquer sans peine et sans avoir ce sentiment de discrimination. Porter par son amour de l'art, Arte, au tempérament toujours optimiste, quitte ainsi l'aristocratie et entre dans la vraie vie difficile des artistes.

Et moi, j'en pense quoi ? Florence début du XVIe. L'art est partout, les artistes sont extrêmement bien considérés et sont bien sur tous des hommes. Il n'est demandé aux femmes que de bien tenir leur maison, d'être belles et de contenter leur époux. En particulier dans l'aristocratie.
Mais cette vie n’intéresse pas Arte dont l'esprit est trop libre pour se contenter d'une telle existence et c'est après une énième dispute avec sa mère, peu après la mort de son père, qu'elle va tout abandonner pour devenir apprentie dans un atelier de dessin.
Hélas, elle déchantera vite, aucun des maitres de la ville ne la prenant au sérieux à cause de son sexe. Et alors que la rage l'emporte et qu'elle s’apprête à commettre l'irréparable après que le dernier atelier l'ai jetée à la porte elle va faire la connaissance de Léo, peintre lui aussi, qui, bon gré mal gré, va la prendre comme apprentie et lui permettre (peut-être ?) de devenir une vraie peintresse à son tour.

Évidemment tout ça ne va pas se faire en un jour et l'aristo qu'elle était va devoir s'habituer à sa nouvelle vie, plus rustre, plus dure, plus pauvre mais aussi tellement plus libre, plus passionnée et plus heureuse.

Arte est un rayon de soleil, on l’apprécie dés les premières page et à la fin du volume on l'aime d'un amour sincère. Elle est bornée, spontanée, parfois trop sure d'elle, acharnée, obstinée mais aussi incroyablement talentueuse et elle nous rend heureux simplement en la regardant évoluer vers son rêve et son émancipation.

Le dessin est vraiment très joli, les habits sont rendus avec beaucoup de finesse et de détails, les rues de Florence grouillent de gens, fourmillent d'objets, le marché délivre ses odeurs, ses bruits, ses voix, les ateliers débordent d’outils et d'hommes transpirants, la ville exulte et respire au rythme des histoires qui s'y déroulent.
C'est un plaisir pour les yeux en plus de l'esprit.

Arte m'a plusieurs fait penser à Mafuyu (Fight Girl). Aussi bien dans son design que dans son caractère. Elles ont cette même vitalité, cette énergie, cette curiosité qui les rend attachantes dés qu'on les rencontre. Bien que leurs histoires soient très éloignées l'une de l'autre.

Nous avons là un manga plein de promesses et, espérons le, une série qui durera dans le temps et en qualité.

En résumé.
Point positifs :
Les détails dans le dessin, le thème qui, forcément, me tient à coeur, les personnages attachants, crédibles et interessants. 
Points négatifs : Je ne vois pas

Article initialement publié sur Yatta Fanzine

Ce livre s'inscrit dans le cadre du défi lecture 2016 pour la catégorie 55 : Un livre avec un prénom dans le titre. 

def LEC 2016

28 octobre 2015

La confrérie des lions blancs tomes 1 et 2 - Natsuko Takahashi

conf1Quatrième de couverture : Thomas est un nouvel élève de l’école de chevalerie Wolston. Juste, droit, sincère et persévérant, le jeune homme se donne à fond pour pouvoir vivre son rêve : devenir chevalier blanc ! A-t-il l’étoffe pour y parvenir ? D’après ses résultats aux premières épreuves, il risque d’avoir beaucoup de travail avant d’y arriver… Heureusement pour lui courage, détermination et audace font partie de ses nombreuses qualités !

Et moi, j'en pense quoi ? La confrérie des lions blancs. Je vous ai déjà très brièvement parlé de cette courte série (2 tomes) dans le récapitulatif des nouveautés de septembre mais je voulais y revenir un instant, maintenant que je l'ai enfin lue.

Dans le premier tome nous faisons d'emblée connaissance avec Thomas, notre héro et Bernard, aka le personnage drôle de l'histoire. Très vite viennent s'ajouter Hermann, le premier de classe un peu trop strict et Buzz, le  -heu- faire valoir dirons nous.
Nos quatre apprentis chevaliers étudient dans une école de prestige où, entre les cours traditionnels auxquels il faut assister dans un joli costume, ils apprennent à devenir de vrais chevaliers, forts, courageux, habilles et en armure bien entendu.

L'univers est donc quelque peu atypique, d'ailleurs on ne sait pas exactement à quelle période tout cela se déroule, enfin, à quel équivalent d'une période de notre Histoire puisqu'il s'agit d'un univers alternatif. Et, du moment que l'on accepte ce constat, ce n'est pas forcément une mauvaise chose.
Les cours de langues, de math ou encore de physique sont totalement occultés dans le récit, c'est à peine si nous verrons nos héros étudier, et c'est plutôt une bonne chose puisque ça nous permet de nous focaliser sur le coté chevaleresque de l'école et l'apprentissage de nos jeunes héros qui vont faire de leur mieux pour peut-être devenir un jour des Chevaliers Blancs, grade le plus haut et le plus élogieux dont ont peut rêver.

Tout ça part donc sur une base plutôt sympa et si le premier tome arrive sans trop de mal à, si pas nous captiver, au moins nous intéresser, c'est un peu moins le cas du second.
Dans ce deuxième opus je m'attendais à quelques réponses concernant les petites intrigues  mises en place dans le premier, à propos de Bernard, à propos d'Hermann aussi (surtout ?) mais en fait non, rien, que dalle à ce sujet. C'est un peu frustrant. L'histoire suit simplement son cours et Thomas tache de mériter le grade qu'il convoite tant.

conf3

Ce titre est sympathique mais pas vraiment mémorable, en grande partie, à mon avis, à cause du manque d'enjeux secondaires. La seule ligne directrice est l'envie de Thomas de devenir un chevalier Blanc et à coté, ben, ça manque un peu de consistance. La disparition d'un certain personnage au début du tome 2 aurait du créer un peu plus de remous. La on a peu l'impression que tout le monde s'en fiche et c'est agaçant.

Du coté des dessins ils sont de manière générale assez sympa. Les scènes de combats sont énergiques, les persos ont de bonnes bouilles (même si Bernard a vraiment une tête à claque).

Du coup c'est une petite série sympa mais sans plus, qui ne restera sûrement pas dans les anales et surtout qui me laisse un peu sur ma faim.

Points forts : Les histoires de chevaliers c'est sympa. Les dessins sont cool.
Points faibles : Les ellipses de temps qui couvrent parfois plusieurs années. Le manque d'enjeux secondaires.
Nombres de tomes : Série terminée en deux tomes.

Article initiallement publié sur Yatta Fanzine.