13 août 2015

Dem et Sven l'inacceptable destinée - Maryrhage et Amelhiie

Dem et Sven l'inacceptable destinéeQuatrième de couverture :  Après une vie bien remplie et une future mort acceptée, Sven le vampire DJ quitte sa Russie natale pour aller s’installer à Paris. Il rejoint Sergei, son ami de toujours afin d’ouvrir une nouvelle boite de nuit en espérant finir les quelques années qu’il lui reste en paix, dans une ville où tout lui est inconnue. De son côté Démétrios, vampire de son état et enfoiré de première, surtout en affaire, vois d’un mauvais œil l’arrivée de Sven dans son business prospère. Il est bien décidé à se débarrasser de ce concurrent indésirable et tous les coups bas sont permis tant qu’ils servent son avantage. Mais, tous les deux n’avaient pas prévu que le destin s’en mêlerait, qu’il ferait d’eux des alliés et leur apprendrait que la destinée peut être des plus…surprenante.

Ce que j'en ai pensé : Bon, déjà cette couverture... Il n'y avait pas moyen de faire plus kitsch encore ?
Cela dit, elle correspond parfaitement au genre et ne ferait absolument pas tache à coté de tomes non auto-édités.
Mais bon, déjà à la base je n'aime pas les couvertures des romances. C'est généralement kitsch, cucul et de mauvais gout. Et celle ci ne fait pas exception, donc.

Mais en qui  concerne l'histoire, ça va mieux ou moins bien que la couverture ? Hmm...
Il faut savoir que déjà de base je n'aime pas les histoires d'amour, je trouve que l’intérêt de telles histoires est très très limité. Et si je n'aime pas les histoires d'amour c'est parce qu'avant même d'avoir tourné la première page on sait déjà comment ça va se terminer : Ils vécurent heureux, longtemps et en baisant un max.

Et hélas cette histoire ne déroge pas à la règle, nos deux vampires se détestent mais une force surnaturelle les pousse l'un vers l'autre, et que peut-on faire contre son destin à part l'accepter, hein ? Mouais, bof. Le pitch de départ nous annonce tout de go qu'ils n'y aura aucun suspense... Avouez que c'est pas très vendeur.
Bon, à un moment il y a quand même un personnage qui débarque (un peu de nul part d'ailleurs) et qui agite les plumes colorées qu'on lui a fourrées dans le fion en nous laissant espérer un peu d'action et un vrai suspense.
Franchement je l'ai aimé, pendant quatre pages au moins, pour les promesses qu'il amenait avec son p'tit cul de mafieux. Sauf qu'il a disparu plus vite encore qu'il n'est arrivé. Bouh ! Les faux espoirs c'est tout sauf cool, les filles !

En ce qui concerne le style, ça se répète. Ça se répète beaucoup. Ça se répète beaucoup trop, en fait.
Qu'ils aient envie de baiser tout le temps, bon, ben c'est un choix scénaristique, ok. Mais pourquoi faut-il qu'ils le fassent à chaque fois exactement de la même façon ? Où est l’intérêt de décrire toutes ces (nombreuses) scènes à chaque fois si c'est pour qu'elles se répètent pile poil pareil ? Sérieusement ?

[Mode très cru activé. Si vous n'aimez pas les mots comme bites, sperme et cul cassez-vous, ça vaut mieux.]
Bon aussi, c'est un avis très personnel mais... ils ne seraient pas un peu éjac. précoce les deux suceurs (de sang, of course) ? Parce que ce n'est pas normal d'avoir une goûte de sperme sur le bout de la bite avant même d'avoir commencé les hostilités. Et a chaque fois en plus. Ni de terminer en 3 minutes chrono. Ce sont des vampires assoiffés de sexe, merde... Il n'y a que moi qui trouverais plus normal que leurs ébats durent au moins 40  minutes d’affilées (voir plus ai-je envie de dire) ? Là ils se branlent deux-trois coups, se mordillent les couilles ou la nuque et Pouf ! Feu d'artifice. Je ne trouve pas ça très performant pour deux êtres qui ne connaissent pas la fatigue, qui ont eu une centaine d'année pour s’entraîner et qui, en plus, sont considérés comme de plutôt bons coups.

Bon, en temps normal il s'agirait de détails, hein, on est d'accord. Mais puisque ici la trame principale tourne autour de ça ça me semble quand même un peu important.
[Mode très cru désactivé, vous pouvez revenir]

Les 100 dernières pages ne sont que du remplissage. Ça m'a donné l'impression d'un RP qui se termine, où l'action est finie, mais qu'on veut continuer encore un peu. Du coup on rajoute un peu de « suspense » là il n'est nullement nécessaire. Parce que, sincèrement, à quoi servent ces pages ?  A montrer que Dem se sent mal d'être un connard et de savoir que son mec le sait aussi ? Parce que vous croyez vraiment qu'on avait pu passer à coté en presque 400 pages ?

Fuck la logique aussi en ce qui concerne sa raison de retour vers Sven.
[Attention : SPOILER]
« Je suis trooop malheureux sans ma destinée, j’espère qu'il ne l'est pas autant alors que je lui ai brisé le cœur. Mais bon, dans quelques décennies il ira mieux, ça va bien finir par passer. Ou alors il sera malheureux pour l’éternité... Bah, nan, pas possible. Ça va lui passer. »
Et 3 mois plus tard... « Raaah ! Je suis vraiment troooop malheureux... Bon, y en a marre des conneries, je vais le retrouver. Des décennies c'est long quand même, je l'avais pas capté. lolilol »
Ce n'est non seulement pas hyper logique mais en plus pas franchement passionnant. On s'emmerde pendant ces 100 dernières pages, on voit à quel point elles sont inutiles et ça énerve.

Sinon, aussi, laisser culpabiliser Sven pendant 500 pages sur la mort de sa femme et le faire baiser juste devant sa tombe à trois pages de la fin, sérieusement ? Quelle preuve de respect et d'amour qui dépasse l'entendement, rolala.
[Zone de SPOILER terminée]

Les personnages maintenant (Oh dear...), ce sont avant tout de gros clichés sans beaucoup de nuances.
Ils sont virils, cons, machos, baiseurs... Ils ne m'ont pas franchement surprise (c'est peu de le dire). Bon, au moins ils sont à peu près fidèles à eux mêmes jusqu'au bout.
Mais je ne me suis pas attachée à eux, c'est un vrai problème. Le bad boy qui devient gentil est un classique mais peut-être est-il un peu trop éculé (à une lettre prêt ça marche aussi). A moins qu'il ne soit tout simplement pas assez bien maîtrisé ici.

Certains aspects de leur comportement m'ont aussi franchement exaspérée. Leur petite guéguerre au début n'est pas crédible un seul instant. Ce sont de grands méchants vampires prêt à tout pour obtenir ce qu'ils veulent, bordel. Ils sont dangereux et craint. Mais ils se battent à coup de caleçon aux morpions et de colorant dans la boisson... Ça ne fait pas du tout sérieux. Pas sur qu'ils auraient impressionné quiconque parmi leurs rivaux avec de telles méthodes digne d'ados de 14 ans.
Mais c'est un défaut que j'ai remarqué dans beaucoup (trop) d'histoires ces derniers temps, à croire que les auteurs sont des bisounours incapable d'imaginer quelques coups vraiment tordus et méchants, et pas que dans l’auto-édition (mais plus que dans l'édition traditionnelle malgré tout). Les méchants ne sont pas méchants, quand ils font un coup qui se veut vraiment dégueulasse au héros il s'agit trop souvent d'une mauvaise farce, un truc qu'un vrai méchant n'utiliserait jamais au risque de passer pour un bouffon.
Vous imaginez Ramsay envoyer un caleçon Bob L'éponge aux morpions au lieu d'une partie de Theon aux Greyjoy ? Non ? C'est normal, parce que ce serait ridicule et qu'aucun méchant n’espère être pris au sérieux en agissant ainsi.


Je terminerais sur, encore, un point noir, il reste plein, mais plein de fautes ! Et plus on avance dans l'histoire plus il en reste. Quant à la ponctuation ! Rah non mais la ponctuation quoi ! Je n'ai jamais vu une telle anarchie parmi les virgules. C'est à croire qu'un point virgule mal dans son encre a rameuté toutes les virgules junkies dans un coin de page en leur promettant un méga joint et a tout fait péter à coup de C4. Je ne vois pas d'autre explication à la présence de virgules dans des phrases telles que : « Je préfère dire que je n'ai rien, plutôt que mettre un mot, sur ce qui se trame en moi. »
En fait ça ressemble presque à un poème une fois sortit de son contexte. Ce n'est pas l'exemple le plus éloquent mais je ne les ai pas tous surlignés, l'ebook énorme faisait suffisamment ramer ma liseuse sans ça.
Mais franchement la lecture est gravement compliquée par cette ponctuation aléatoire. Et si le but était de donner un style particulier c'est raté.

Pour conclure je dirais que j'étais curieuse d'essayer un M/M.
Fan de certains yaoi et de Poppy Z Brite je me demandais à quoi pouvait bien ressembler ce style de plus en plus en vogue. Hélas, comme je l'avais soupçonné, il s'agit d'avantage d'une sorte de nouveau porno pour ménagères que d'une révolution.
Je ne suis clairement pas le public cible et par conséquent je doute que je renouvellerai l’expérience.

 

Points forts :  Même si elles n'ont rien de révolutionnaire les 400 premières pages plairont à celleux qui aiment les histoires d'amour "compliquées".
Points faibles : L'ortographe, les clichés, le manque de logique, les persos ne sont pas du tout attachants.
Nombres de tomes : Un. Mais il s'agit d'un spin-off de la saga Vampires et Rock Stars.