09 mai 2016

Key to Happiness - Anto Sass

kthTitre : Key to Happiness
Auteur :  Anto Sass
Éditions : Auto édition
Nbre de pages : 428
Date de sortie :  30 novembre 2014

 


Hey visiteur !
Le blog a déménagé. Cette critique et beaucoup d'autres sont désormais disponible sur Kobaitchi.com

 

Clique ici pour acceder directement à la page de Key to Happiness.

Enregistrer

04 mai 2016

Martin et John tomes 1 et 2 - Park Hee Jung

 Hey lecteur ou lectrice !

Le blog a déménagé. Tu retrouveras cette critique des tomes 1 et 2 de Martin & John de Park Hee Jung en cliquant ici.

Et beaucoup d'autres en cliquant sur l'image.

A bientôt.

Martin et John 1 et 2

 

 

Enregistrer


02 mai 2016

Welcome to hotel Williams Child Bird tome 1 - Kabei Yukako et Rihito Takarai

welcome to hotel williams child birdTitre : Welcome to hotel Williams Child Bird
Tome 1 (série terminée en 3 tomes)
Auteur :  Kabei Yukako et Rihito Takarai
Éditions : Ototo
Nbre de pages : 208
Date de sortie :  23 février 2012
Prix : 7,99€

Il en dit quoi le résumé ? 
Kizuna est une jeune fille de 16 ans qui joue à des jeux dangereux afin de mettre du piquant dans sa vie. Avec ses copines, elles séduisent des hommes, les emmènent aux portes des Love Hôtels et les dépouillent. Mais Kizuna en a assez. Un jour, elle rencontre Inoue Yuki qui lui propose un travail : devenir modèle nu pour le cousin de Yuki, le beau mais nonchalant Yusei Asai qui est peintre et voisin de Kizuna.

Et moi, j'en pense quoi ? Ça fait très longtemps que j'avais envie de commencer cette série. J'avais donc une attente assez importante concernant ce titre même si je n'avais pas fait plus attention que ça au résumé.

Kizuna est une adolescente qui joue avec ses "amies" a arnaquer des hommes qu'elles abordent dans la rue et à qui elles font croire qu'elles ont envie de s'envoyer en l'air alors que tout ce qu'elles souhaitent réellement c'est leur voler leur portefeuille.

Dés le départ on sent que Kizuna veut arrêter ce petit jeu mais qu'elle n'ose pas s'opposer aux autres filles. C'est sa rencontre avec Yuki et juste après avec son cousin, Yusei, va lui permettre d'enfin tirer un trait sur cette vie quand elle deviendra le modèle de se dernier qui est artiste peintre.

Ce premier tome pose les bases et l'univers. Kizuna est un personnage plus intéressant et complexe que ce que le résumé ne laisse supposé d'elle. Yusei nous est tout d'abord présenté comme l’archétype de l'artiste plongé dans son travail qui ne voit rien d'autre ques ses toiles mais plusieurs choses tout au long de l'histoire nous laisse apercevoir qu'il n'est pas que ça. Yuki est mon personnage préféré. Beaucoup de mystère l'entoure, c'est quelqu'un de pétillant, de délirant et c'est grâce à son intervention que les deux protagonistes se rencontre. J’espère qu'on en saura beaucoup plus à son sujet dans les tomes suivants.

Visuellement c'est superbe. En même temps c'est un Rihito Takarai, le contraire aurait donc été surprenant. Les traits sont fins, les perso beaux à se damner. Les décors sont bien retranscrits même s'ils se font assez discrets quand ils ne sont pas important dans la trame. Et l'ambiance passe du pesant au bon enfant en quelques pages. C'est une vraie réussite. 

Welcome to hotel Williams Child Bird une série courte en trois tomes, ce qui est un peu dommage, j'ai l'impression qu'il y avait matière à en faire plus, mais je ne pourrais confirmer ça qu'après avoir lu les deux suivants.
Il s'agit d'une adaptation d'un roman original de Yukako Kabei.
Et j'ai très envie de lire ce roman d'origine, prétendument beaucoup plus sombre, mais je n'en trouve pas trace en français (encore... Ça devient une sale habitude). Je vais probablement devoir me contenter des mangas (qui, je le répète, démarre très bien avec ce premier tome) ou apprendre le japonais (arg).


En résumé :
Point positif :
dessins superbes, histoires originale, personnages sympathiques et intrigant.e.s
Point négatif : Roman dont c'est inspiré non traduit en français, le tome 3 semble un peu difficile à obtenir (mais je n'ai pas encore été voir dans ma librairie) 

26 avril 2016

Geofront - Reibun Ike

geofront couvTitre : Geofront
One Shot (jusqu'à preuve du contraire)
Auteur :  Ike Reibun
Éditions : Taifu Comics
Nbre de pages : 200
Date de sortie :  16 mars 2016
Prix : 8,99€

Il en dit quoi le résumé ? 
Geofront.
Un monde souterrain dans lequel résident tous les exclus de la société.
Komugida veut quitter à tout prix les sous-sols de Geofront en s’inscrivant dans une université à la surface, mais revient finalement vivre sous terre pour travailler en tant que professeur particulier d’un jeune garçon possédant des dons de divination, du nom de Theo. Le père de ce dernier, Nagasa, est d’après lui un « tueur de la mafia » !
Une vie somme toute ordinaire pour les habitants de ces souterrains, qui tentent tant bien que mal de survivre dans un milieu hostile et exclu de la surface de la Terre.

Et moi, j'en pense quoi ?
Encore un manga que j'ai acheté en pensant avoir affaire à un yaoi alors qu'en fait pas du tout.
Bon, même si la relation entre deux des persos principaux est une perche a une éventuelle romance dans un avenir plus ou moins lointain. 

Dans ce volume nous suivons en parallèles deux histoires, celle de Komugida, Théo et Nagasa et celle de Temisun et Momoiri.
Les premiers sont un prof rêvant de la surface, son jeune élève et le père de celui ci. Nous découvrons quelques morceaux de leur vie ainsi que les circonstances ayant poussé Nagasa à s'occuper de Théo. Les seconds, un fleuriste et la sœur de son employé qui flashent l'un sur l'autre sans vraiment oser se l'avouer.

J'ai eu un peu de mal au moment du switch entre les deux histoires car elles ne sont séparées par aucune page de chapitre et que Komida et Momoiri se ressemblent vraiment beaucoup. En fait j'ai mis plusieurs pages avant de comprendre que l'on était passé à une autre histoire. Au départ je pensais qu'il s'agissait uniquement d'un flash-back nous ramenant quelques années avant, lors de la rencontre entre Komugida et Nagasa.
Je ne pense pas que la confusion ai été souhaitée, du coup j'aurais tendance à un peu blâmer les dessins pour ça.

Dessins que j'ai parfois trouvé un peu trop raides avec des actions qui ne se suivent pas toujours de façon hyper linéaire.
Si, sur la couverture, les cheveux de Nagasa sont carrément classe ce n'est pas systématiquement le cas dans les planches où je les ai trouvés un peu traité par dessus la jambe dans certaines cases. Ce qui est dommage parce que j'aime beaucoup les persos aux cheveux longs.

Pour en revenir à l'histoire, elle est vraiment sympa, où plutôt elle a le potentiel pour l'être même si elle a été un peu trop survolée dans ce tome. Je ne suis pas sur que d'autres tomes soient prévus pour l'instant et pourtant l'univers présenté à le potentiel pour tenir sur une petite série. En l'état elle est un poil compliquée à suivre par moment car on sent qu'il nous manque beaucoup d'informations pour bien nous immerger dans cet univers.
On sent que certaines concessions ont du être faites pour tout faire tenir en si peu de pages, et, comme le précise l'auteure dans une note de fin de tome, nous n'avons ici qu'une introduction aux personnages, l'histoire n'a même pas encore véritablement commencé. Enfin si, un peu tout de même, mais pas énormément. D'où mon désir de voir d'autres tomes sortir. Il y a tout un potentiel endormi dans ces pages, sur les différences de traitements entre les habitants sous terrain et ceux de l’extérieur, sur qu'est-ce-qui a amené l'humanité à vivre de la sorte ainsi que sur Théo qui n'est pas, ou plus, vraiment un enfant ordinaire, et on sent que l'auteure a encore beaucoup à nous dire sur tous ces sujets.

Alors, un tome d'introduction, pas hyper passionnant quoique suffisant pour nous donner envie d'aller voir plus loin. On espère donc une suite même si elle ne semble pas actuellement sur les rails.

En résumé :
Point positif :
Un univers avec beaucoup de possibilités.
Point négatif : C'est reellement un tome d'introduction, on en veut plus !

Critique publiée initialement sur Yatta Fanzine.

Posté par kobaitchi à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

23 avril 2016

Hiyokoi tome 1 - Moe Yukimaru

hiyokoi t1Titre : Hiyokoi
Tome 1 
Série terminée en 14 tomes
Auteur :  Moe Yukimaru
Éditions : Panini Manga
Nbre de pages : 192
Date de sortie :  4 juillet 2012

Il en dit quoi le résumé ? 
D’un côté, prenez Hiyori, une jolie lycéenne craintive et hyper-sensible. Du haut de ses 1m40, elle retourne courageusement en classe après un an d’absence (elle a été hospitalisée suite à un grave accident). De l’autre, le très populaire Hirose. Apprécié de tous ses camarades, il domine le lycée de ses 1m90. Mettez-les dans la même classe et vous obtiendrez un joli petit couple que tout sépare. Le jour et la nuit ! Voilà un shôjo marrant et dynamique, un petit chef-d’œuvre qui restera dans le cœur des lecteurs.

Et moi, j'en pense quoi ?
Hiyori, lycéenne extrêmement timide, commence son année scolaire avec plusieurs mois de retard à cause d'une hospitalisation. Une de ses particularités, en plus d'être très timide, est qu'elle est excessivement petite.
Le jour de sa rentrée elle fait la connaissance d'un garçon qui, lui, est au contraire vraiment très grand et qui s'avère rapidement être son voisin de classe. De nature joyeuse et sociable ce dernier est très populaire et très  vite Hiyori va en tomber amoureuse. Reste à savoir comment elle va pouvoir le faire comprendre à cet énergumène qui refuse systématiquement les demandes de toutes les filles de l'école. Y aurait-il une autre personne dans son cœur ou ne voit-il juste pas d’intérêt à sortir avec des filles dont il n'est pas amoureux ?

N'étant pourtant pas plus adepte que ça des histoires d'amour trop simple (sous entendu où la trame de l'histoire ne sera guidée que par ça) j'ai trouvé que c'était un petit shojo tout mignon, pas révolutionnaire mais agréable à lire.
Hiyori est attachante, tout comme les quelques personnages qui gravitent autour d'elle, que ce soit ses copines ou son nouvel amoureux.
La dernière page nous laisse avec une question en suspens et un nouveau personnage dont on ne sait pas encore vraiment si on va l’aimer ou le détester.
Sans entrer dans les séries que je suis avidement j'en lirais tout de même la suite avec plaisir.

En résumé :
Point positifs : 
Un trait très classique mais plutôt cute
Points négatifs : Si on omet la différence de taille entre l’héroïne et le héro nous avons ici une histoire d'amour très habituelle

18 avril 2016

Arsène Lupin. Le diadème de la Princesse de Lamballe - Takashi Morita

arsene-lupin-tome-1Titre : Arsène Lupin. Le diadème de la Princesse de Lamballe
Tome 1 
Série en cours (3 tomes sortit actuellement)
Auteur :  Takashi Morita
Éditions : Kurokawa
Nbre de pages : 256 
Date de sortie :  12 novembre 2015

Il en dit quoi le résumé ? 
Cette histoire se déroule en pleine Belle Époque, nom correspondant à la période du début du XXe siècle en France. Les populations d'alors se passionnaient pour les très ingénieuses méthodes d'un voleur de génie ... Arsène Lupin.

Et moi, j'en pense quoi ? Je crois que j'ai un problème avec le personnage d'Arsène Lupin.
Il m'était déjà apparu comme très antipathique dans Lupin contre Herlock Sholmés, lu l'année dernière ou celle d'avant, et cette fois encore je me suis vue à plusieurs reprises espérer que Ganimard réussisse à le mettre sous les verrous.
Néanmoins, contrairement au roman, cette adaptation m'a laissé un sentiment un peu plus mitigé.
Alors, certes, Lupin apparait comme un personnage égocentrique, imbu de sa personne et égoïste pendant, on va dire, une bonne moitié de tome mais ce qui le sauve c'est la façon dont il est décrit dans la seconde moitié.

Mais avant d'y venir revoyons un instant le résumé.
Nous sommes tout d'abord introduit dans le château de Charmerace appartenant aux Gournay-Martin, une famille de nouveaux riches, et dont la fille, Germaine, est sur le point d'épouser le duc de Charmerace tout juste rentré d'un voyage de 7 ans à l'étranger.
Cette famille, qui a déjà fait les frais d'une rencontre avec Lupin il y a quelques années, se voit à nouveau annoncer la venue du gentleman cambrioleur qui en a cette fois après un diadème à l'histoire mouvementée.
S'en suivra une course contre le bandit pour mettre le précieux bijoux à l'abri et un déploiement policier aussi important que le permet la réputation du cambrioleur.

Sauf que je dois être irrémédiablement du coté de la justice car j'ai frémi lorsque l'inspecteur Ganimard comprend qu'il est en présence d'Arsène Lupin et j'ai trouvé passionnante la joute verbale à laquelle ils se sont livrés alors que tout deux étaient pratiquement certains que l'inspecteur avait enfin compris la supercherie.

Comme on s'en doute, sinon il n'y aurait pas de tome 2, Lupin s'en sort, et dans un premier temps je n'ai pas pu m’empêcher d'être frustrée par cette sortie. Or c'est précisément à cet instant qu'une chose inattendue s'est produite. Le Lupin froid, désagréable et calculateur a laissé place, l'espace d'un instant, à un personnage plus profond, avec ses faiblesses et un passé à potentiel. Alors que je pestais contre le fait qu'il s'en soit sorti indemne j'ai finalement souri lors de sa fuite.

Alors bien sur ce qui est énervant avec ce personnage c'est qu'il a toujours un coup d'avance sans qu'on ne sache trop comment, qu'il est entouré de portes dérobées et qu'il soit capable de se grimer en n'importe qui en 4 secondes et demi. Mais tout ces défauts sont a imputer à son créateur, Maurice Leblanc, et non au magaka qui signe ici l'adaptation, Takashi Morita.

Aussi d'accord, Lupin vole aux riches, ce qui n'est pas encore trop grave, mais en aucun cas il ne redistribue aux pauvres. Ce n'est pas un Robin des Bois mais un opportuniste et la façon dont il est représenté ne laisse pas a penser qu'il est meilleur que les gens qui vole puisqu'il apparait comme aussi égoïste et orgueilleux qu'eux.
C'est un personnage qui, pour ce que j'en sais, manque de profondeur et pour lequel il est difficile d'avoir de la sympathie, d'où la grosse réussite de ce manga qui y parvient tout de même sur la fin.

Le tome 2 doit retracer précisément l'aventure qui m'a fait détester ce personnage, Arsène lupin contre Herlock Sholmés, du coup je ne sais vraiment pas si je la lirais. Surtout qu'elle se déroule avant celui ci et que le risque d'y retrouver un Lupin qui a perdu ses quelques cotés agréables est grand.

Coté dessin le manga est sympathique sans non plus être exceptionnel. Les personnages sont expressifs et c'est au fond tout ce qu'on leur demande.

En résumé :
Point positifs :
Montre une autre facette de Lupin. Laisse entrevoir la possibilité qu'il ne soit pas qu'un égoïste égocentrique.
Points négatifs :
La façon qu'a Lupin de s'en sortir et qui ne repose jamais sur rien.

15 avril 2016

Save Me Pythie tome 1 - Elsa Brants

save me pythie 1Titre : Save Me Pythie
Tome 1
Série en cours (4 tomes sortis)
Autrice:  Elsa Brants
Éditions : Kana
Nbre de pages : 192
Date de sortie :  1er avril 2016 pour cette édition. 20 juin 2014 pour la première.

Il en dit quoi le résumé ? 
Y a-t-il un oracle pour sauver le héros ? Dans la Grèce antique, Pythie est frappée d'une malédiction: elle ne pourra prédire que des catastrophes et personne ne la croira. A part peut être Xanthe, fils caché de Zeus qui va de catastrophe en catastrophe (de Charybde en Scylla à l'époque) sous les coups rancuniers de Héra.

Et moi, j'en pense quoi ? Je dois admettre que la couverture ne me plaisait pas des masses et que je n’espérais pas grand chose de ce manga français.
Les dessins assez old school et le pitch ne m’excitaient pas beaucoup plus et c'est finalement sans grande motivation que j'ai entamé ce premier tome...

Par chance la plupart de mes appréhensions ont rapidement été balayées.
Commençons par parler du dessin. S'il est effectivement  un peu retro il a le mérite d'être très énergique et expressif. Ainsi on s'habitue très vite à son coté old school, pire, il semble rapidement en adéquation avec l'histoire se déroulant en Grèce Antique et bien vite on ne trouve plus grand chose à lui reprocher.

Dans ce premier tome nous faisons la connaissance de Pythie, notre héroïne, frappée d'une malédiction lui permettant de prédire les catastrophes à venir sans que jamais personne ne la prenne au sérieux, et Xanthe, fils illégitime de Zeus et héro en devenir, enfin, ça c'est ce qu'il aimerait bien.

A elleux deux iels vont partir sur les routes pour tacher de faire de Xanthe un héro en lui évitant un maximum les bricoles auxquelles il est habitué mais qui pourraient bien, un jour, lui couter la vie. Et pour ça le nouveau don de Pythie va s’avérer plutôt utile.
Plusieurs personnages vont s’immiscer dans leur aventure, tantôt pour les aider comme Zeus qui veille en cachette sur son fils ou Cassandre, une petite vieille qui les sortira de quelques mauvais pas, et tantôt pour leur mettre des bâtons dans les roues,comme le sphinx et son énigme ou Thésée, sa jupette et sa permanente, qui va, semblerait-il, lui aussi, avoir un petit coup de cœur pour la jolie Pythie et tenter de la mener loin de Xanthe.

Vous l'aurez compris, il s'agit là d'un manga humoristique qui ne se prend pas toujours très au sérieux et qui atteint parfaitement son but : Nous faire passer un bon moment, le sourire aux lèvres.

C'est une excellente surprise, surtout pour un titre dont je n'attendais à priori rien.

J'ai aussi beaucoup aimé les bonus sous forme de discutions entre l'autrice et ses personnages ainsi que les fiches récapitulatives sur les héros et héroïnes mythologique présent.e.s dans ce premier tome.

En résumé :
Point positifs : 
Une petite bouffée de bonne humeur avec des personnages sympa qui ne demandent qu'à donner tout ce qu'ils ont dans les prochains tomes.
Points négatifs : Les dessins un peu vieillots qui peuvent rebuter au premier abord.