14 février 2016

Sorties ciné de la semaine [Zootopie - Le Garçon et la Bête]

Hey, bande de mandarines au rhum !
J'ai profité de cette semaine pour aller voir deux films qui me faisaient plus ou moins envie et comme il me semble qu'ils le méritent je voulais vous en parler un peu.

Zootopie :
La bande annonce ne m'inspirait pas plus que ça, donnant l'impression d'un dessin animé un peu bateau avec peu d'enjeux et surtout orienté enfant. Je ne m'attendais donc pas à quelque chose de génialissime mais pas non plus à quelque chose de vraiment mauvais vu qu'il s'agissait tout de même d'un Disney. Et finalement... J'ai trouvé ça vraiment, mais vraiment excellent ! Je pense même a retourner le voir une seconde fois tellement j'ai trouvé ça bien. L'histoire est bien plus complexe et belle que ce que nous vend la bande annonce et il est étonnant de voir à quel point certains messages véhiculés sont actuels. L'humour aussi est omniprésent ce qui permet d'aborder des thèmes un peu rudes sans tomber dans le mélo.
Pour moi c'est un sans faute que je vous conseille très chaudement.

zootopie le garcon et la bete

Le garçon et la bête :
Oui, ça fait un mois qu'il est sortit en France mais j'attendais la seule séance en vostfr prévue dans ma ville pour le voir.
Alors, je l'ai trouvé très chouette aussi, avec de jolis messages et beaucoup d'émotions, les personnages sont attachants, les intentions véhiculées plutôt très bonne mais la fin, vraiment, je n'ai pas accroché. D'ailleurs je ne comprends pas comment on peut aimer (ou faire) ce genre de fin, or c'est plutôt récurant dans les histoires se passant dans ce genre d'univers. Enfin, ça ne gâche pas tout non plus, vu que le reste de l'histoire est vraiment sympa, mais je trouve ça triste de terminer une si chouette aventure sur une note comme celle là.

Ce mois ci plusieurs longs métrages risquent de me motiver à sortir à nouveau de ma tanière, il n'est donc pas impossible qu'on se retrouve dans pas longtemps pour d'autres avis-minute.
En attendant dites moi en commentaires quels sont les films que vous attendez ces prochaines semaines.


31 octobre 2015

Crimson Peak + annonce

Hey mes Citrouilles en plastique !

Aujourd'hui c'est Halloween !
Je le précise, pour celleux qui seraient vraiment dans le coaltar.

J'avais commencé à vous préparer une petite surprise il y a quelques jours mais le temps m'ayant manqué je n'ai pas eu l'occasion de la terminer...
Du coup je vous propose qu'on attende deux-trois jours, histoire que je puisse la finir et vous offrir un produit à peu près potable, sans trop de faute et non bâclé. Ça vous va ?
Ah oui, pour celleux qui se poseraient la question, c'est un conte d'Halloween que je vous ai préparé. Plutôt orienté jeune public pour que tous le monde puisse en profiter, les petits comme les grands. Par contre c'est un peu une première pour moi  d'écrire pour un public jeune, du coup dés que ça sera sortit n'hésitez pas à me faire part de vos remarques qu'elles soient positives ou négatives. Ainsi que de celles de vos enfants, neveux, nièces, petit.e cousin.e, voisin.ne, etc.


Mais en attendant j'ai quand même décidé de ne pas totalement vous laisser sur votre faim et je vais vous parler (très) brièvement du film que j'ai vu hier, Crimson Peak.

crimson-peak-poster

Je suis arrivée dans la salle en n'ayant même pas vu la bande annonce. Je me suis juste fiée à l'affiche (qui est très classe) et au nom de Del Toro.
Du coup je n'ai pas envie de vous en dire trop. Déjà parce que j'aurais peur de vous spoiler, même si, honnêtement, beaucoup de choses sont assez prévisibles dans ce film, bien que ce ne soit vraiment pas grave vu comme on est immergé.e.s dedans du début à la fin. En grande partie déjà parce que le film est très beau. Et quand je dis très beau ça veut dire très très beau. Le manoir et le domaine où se déroule la plus grande partie de l'intrigue sont juste waouh ! Chaque cadre est spectaculairement mis en valeur, le manoir est traité comme s'il était vivant tant il bouge, suinte, respire...
En un mot comme en cent c'est vraiment très très beau, donc. Et si j'insiste autant la dessus c'est probablement que c'est ce qui m'a le plus marqué.
Je suis vraiment une tanche pour parler cinéma et c'est en grande partie parce que je manque de culture ciné. Je le sais. Bon, je regarde des films, comme tout le monde, mais je zappe toujours énormément de petits détails, de jeux de cadres ou d'encore plein d'autres choses que je ne peux pas énumérer vu que je ne les vois pas. Et pourtant dans ce film je n'ai pas pu faire autrement que de remarquer que les cadrages, les couleurs étaient à ce point mis en valeur, à ce point présent sans que l'on ai pour autant l'impression qu'il en faisait de trop.
En même temps je pense me souvenir que j'avais déjà ressentis quelque chose de similaire la première fois que j'ai vu le labyrinthe de Pan. Nous restons dans le thème.

La musique est aussi très belle tout comme les acteu.rices. Heu, je veux dire qu'iels sont bon.ne.s bien sur, pas juste agréable à regarder, quoique ce soit également le cas... Ok, je m'embrouille, là.

Quand à l'histoire... Arf, je ne peux rien en dévoiler. Sachez juste qu'il ne s'agit pas d'un film d'horreur idiot qui n'a pour seul but que de vous faire sursauter. Je ne suis même pas sur qu'il soit classé dans les films d'horreur. Bien que certains passages sont effectivement terrifiques, du coup, oui, il y est probablement classé, ne serait ce que parce que les monstres foutent vraiment la trouille.


Bon, je m’emmêle les pinceaux, je me répète, je ne raconte rien de très intéressant, vous l'aurez compris j'ai aimé ce film. Moins que d'autres mais suffisamment pour n'avoir rien de gros à lui reprocher et donc rien de plus à en dire si ce n'est : Allez le voir. Parce qu'il est beau, parce que c'est un Del Toro dans la lignée de Pan et parce qu'il est quand même bien classe.

Et puis vous pourriez aussi profiter de cette nuit pour me parler de votre film flippant favoris, vous en dites quoi ?

halloween

30 mars 2015

Soirée Divers 5 - Les voix dans ma tête ne m'ont jamais forcée à tuer. Moi, je l'ai toujours fais de mon plein gré.

Jeudi 26 février, 16h57 : J'ai reçu mon (putain de) calendrier! Le 26 février, ouais...
Youpie. Je suis joie. Je suis allégresse. Je suis trop contente.
Ceci était de l'ironie, pour ceux à qui ça aurait échappé.
Bon, plus sérieusement, je suis contente de l'avoir reçu, évidemment. Mais je suis beaucoup moins contente de l'avoir reçu avec pas moins de 22 jours de retard! Oui, chez moi les calendriers commencent en février. Ça fait quand même long. Et ça fait un mois totalement inutilisable/inutilisé.
Ça fait chier, quoi.

Tant qu'on y est je vais parler un peu de la qualité parce que bon, tant qu'on y est, hein, autant se lâcher.
Les photos principales sont correctes, quoi qu'un peu foncées. je n'ai pourtant pas demandé à ce que l'on ajuste mes valeurs puisque je le fais déjà moi même. En fait je ne suis même pas sur qu'on me l'a demandé, comme c'est pourtant le cas sur la plupart des sites d'impressions aujourd'hui, donc peut-être le font-ils d'office?

Les petites photos dans les jours (pour les anniv) sont franchement pas géniales en revanche.
Je l'ai eu moins cher grâce à un bon Groupon donc c'est potable mais à prix plein j'estime qu'il y a arnaque.
Forcément Je ne recommande pas vraiment Printerpix, sauf si vous n’êtes pas trop regardant, que vous avez une bonne réduc et que vous commandez avec 3 mois d'avance.

15 mars, 16h01 : Je me rends compte que personne ne m'a remerciée pour les dessins que j'ai filé, ça fait plaisir.

25 mars, 00H56 : La crème de soja spéciale dessert se conserve vraiment bien, je suis incroyablement surprise. J'ai fais de la crème fraiche avec un pot périmé depuis décembre ce soir pour accompagner ma mousse au chocolat à l'eau de pois chiche (clic pour la recette) et... Tout va bien, dégusté c'est digéré.
La mousse en elle même est très bonne, peut-être un peu amère mais c'est de ma faute, j'ai mis 5 fois moins de sucre que prévu. Enfin, mélangé à la crème fraîche ça sucre juste comme il faut.
Pas de photo parce que c'est le soir et que même en journée je n'arrive pas à avoir une jolie photo, alors sans lumière...

29 mars, 03h38 :  Petite "anecdote" du jour.
Je vous dresse le tableau.
Je veux aller voir un film et comme je suis sur place trop tôt je décide d'aller boire un truc dans la brasserie à coté estampillée veggie friendly.
Sur la carte plusieurs propositions végétariennes carrément trop cher et une soupe VG abordable. Comme il n'y a pas de détail je demande :
- Votre soupe végétarienne elle est végétalienne ?  
Je m'attendais à être regardée de travers mais en fait pas du tout, la serveuse part alors en cuisine pour se renseigner et revient.
- Non, qu'elle contient du bouillon de poule.
- ... Donc elle n'est même pas végétarienne en fait ?
- Ah ben non. Mais ça dépend des jours.
- ...

Du coup j'ai pris un thé -_-
Et j'ai eu mal à la gorge.

Sinon, le film c'était The Voices, conseillé par flo et encensé par certains de mes youtubers ciné préférés.
Et c'était... bizarre, comme on s'en doutait, et plutôt bien finalement. Ce n'est pas vraiment un coup de cœur (pas au niveau de Marnie, quoi) mais c'est quand même un très bon film et je suis contente de l'avoir vu. Si vous en avez la possibilité ne le ratez pas, Monsieur Moustache est génial (et super bien animé. Enfin, quand il parle, sinon je crois que c'est un vrai chat) et je ne pense pas avoir déjà vu un film qui traitait la schizophrénie de cette façon.
C'est à voir, oui, vraiment.

the voices

 

 

 

19 janvier 2015

Exodus - le film le plus chiant de la création... [Attention SPOILER! En même temps cette histoire à 3000 ans, hein...]

Je crois que le titre de ce billet est assez clair. Je ne m'étais plus autant faites chier dans une salle de cinéma depuis l'enfant. C'est dire à quel point ça remonte.

Je ne sais même pas par ou commencer tellement l’entièreté de ce film était nulle.
Bon si, allez, commençons par le début. La 3D!
Je l'ai déjà dit, pour moi la 3D est au cinéma ce que les cailloux sont aux randonneurs. Une plaie!. Soit le film n''a pas été étudié pour et elle se sert à rien, soit il l'a été mais on s'y habitue tellement vite qu'on oublie son existence au bout de 6,32min malgré les 2 à 4€ de plus que coute la séance. Et ça c'est quand on a de la chance.
Quand on en a pas on risque de se payer un super mal de crane ou, quand le film est calibré avec le cul comme cette fois, de ne quasi rien voir parce que tout est sous exposé. Ça aide tellement à entrer dans le film et à l'apprécier.

Mais si ce n'était que ça ce serait pas encore trop grave. Quoique...
Ce film est quand même réalisé par Ridley Scott, le mec qui a fait Gladiator, merde. Et quand on regarde la bande annonce d'Exodus on se dit qu'on va avoir droit à un truc un peu dans le même esprit. Que nenni!
Plus les minutes, que dis-je, plus les heures passent, et plus on regrette de ne pas avoir été voir Oui-Oui le film.
Sous le coup de l'émotion je me suis laissée emportée à vous en faire un petit résumé, j'ai taché de le rendre moins soporifique que le film mais je ne vous en voudrais pas si vous choisissez de ne pas le lire, c'est que le film fait quand même 12h30, heu 2h30 pardon, mais franchement il donne l'impression d'être quatre fois plus long.

Exodus Gods And Kings

La première partie du film est de loin la plus intéressante.
Non, je rigole. C'est plus téléphoné qu'une pub pour SFR.
Moïse est intelligent,  le Pharaon aimerait qu'il soit son fils parce que franchement Ramsès il pue un peu des pieds en plus d'être con comme un manche à balai. Mais bon, les liens du sang, la monarchie, tout ça, tout ça, c'est impossible quoi. Et quand le Pharaon meurt enfin, après une scène très émouvante avec son non-fils, Ramsès prend sa place, comme prévu. Et comme une prophétie a annoncé que Moïse risquait bien de prendre sa place un jour où l'autre il n'est pas vraiment au top de la bonne humeur quand on lui rapporte que le mec qu'il considère comme son frère fricote en secret avec les hébreux.
On peut quand même comprendre sa réaction, les cachoteries c'est pas beau-beau, hein. Mais c'est aussi vrai qu'il s'emballe un peu beaucoup le grand chauve et menacer de couper la main à une servante c'est pas super sympa non plus.
Enfin bon, malgré les apparences c'est pas non plus le dernier des trous du cul vu qu'il se contente de condamner Moïse à l'exil au lieu de lui faire couper la tête.
Il lui donne même un cheval sur lequel il cache une arme et l'autorise à faire un câlin à sa môman avant de partir. Il est un peu con-con mais c'est pas un monstre non plus, hein.
Puis bon, il est un peu pharaon notre bonhomme, faut qu'il se fasse un peu respecter, aussi.

Que je suis con, mais que je suis con. Qu'est ce que je fou dans cette misére?

Enfin bon, Moïse se casse donc, se perd dans le désert, laisse son cheval crever, dégomme des méchants alors qu'il était prêt à crever lui aussi 15 secondes avant, sauve une jolie bergère qui se faisait embêter par de méchants bergers, tombe amoureux d'elle, se marie, lui fait un gamin, vit dix ans avec ses chèvres et ne prend pas une ride pendant tout ce temps.
J'ignorais qu’élever des chèvres et des moutons dans le désert était si bon pour la santé, ça laisse songeur sur ses plans de carrière une telle révélation.

Après ça il monte sur la montagne interdite, manque mourir (encore) dans un éboulement puis dans des sables mouvants. Se fait emmerder par un gamin arrogant puis chiale comme un môme en avouant à sa femme qu'il lui a menti depuis le début, qu'il ne se promenait pas juste dans le désert avant de la rencontrer mais qu'il était général de l'armée du Pharaon et qu'il va devoir retourner là bas parce qu'un apprenti bonze lui a dit qu'il avait besoin d'un général et non pas d'un berger et que Moïse, il faut bien se l'avouer, il est un peu arrogant. Suffit qu'un gamin sur une montagne lui lance un "Les bergers c'est rien que des pédés" pour qu'il se la joue "Ah ouais, tu crois ça? Tu vas voir si je suis pas le général le plus badass que t'aies jamais vu, morveux".
Il reprend donc son cheval, fait pleurer toute sa famille et se casse pour jouer au sauveur tout puissant.

Une fois de retour à Memphis plutôt que de la jouer discret, car je vous rappelle qu'il n'a pas le droit d'être là, il va menacer Ramsès direct. Il n'a rien de prévu, juste deux-trois rebelles qui le suivent et il se prend déjà pour Dieu. Ah non, pardon, autant pour moi, pour son messager seulement. Sa main armée aussi.
Enfin, il le trouve à faire un câlin à son dada en pleine nuit et décide, emporté par le moment, de lui piquer tout ses chevaux. Ça va être facile à cacher tiens, une cinquantaine de chevaux dans le quartier des esclaves, mais bon, pourquoi pas, y a pas de petit profit.
Et avec ses nouveaux potes, toujours esclaves hein, c'est fou la liberté de mouvements qu'ils ont malgré leur condition, il va faire péter quelques trucs parce que bon, autant mettre le chef le plus en colère possible, ça ne peut qu'être une putain de bonne idée, ce n'est jamais que le Pharaon après tout.

Comme on pouvait s'y attendre ce dernier ne prend pas tout ça avec la big banane, faut dire aussi que quand des insurgés font péter tes réserves de poudres et de bouffe tu l'as un peu mauvaise en général, et fait fouiller toutes les maisons à la recherche du meneur qu'il regrette d'avoir laissé en vie des années plus tôt.  Mais le petit sacripant se cache et les soldats ne le trouve pas malgré les méthodes musclées qu'ils emploient.

Alors Ramsès fait exécuter une famille d’hébreux lambdas qui n'avait rien à voir dans l'histoire et promet d'en exécuter une nouvelle chaque jour jusqu'à ce qu'on lui livre Moïse. Celui ci, qui est dans la foule, détourne les yeux et rentre à sa maison entrainer ses nouvelles recrues. N'a foutre de quelques dizaines de civils, il en a 600 000 autres a sauver lui.

S'en suive quelques séances d'entrainement au tir à l'arc, quelques escarmouches contre des marchands égyptiens et toujours une famille assassinée chaque soir sans que ça n'ait vraiment l'air de perturber Moïse plus que ça. Les remords, la culpabilité, il n'a pas l'air de connaitre.

Au bout d'un temps, malgré tout, il s'impatiente un peu. C'est que les choses ne bouge pas des masses et que sa famille lui manque, il se fait alors engueuler par le jeune bonze, qui est en fait, probablement, un émissaire du Saigneur et il est finalement décidé que le Boss va prendre les choses en mains parce que ça fait quand même 300 ans que ça dure ces conneries et qu'il en a un peu ras la casquette de voir que son général fraichement débarqué n'est en fait pas foutu de faire bouger un peu les choses.

Si vous avez vaguement suivit au cours de religion vous savez donc que la prochaine étape n'est autre que les dix putains de plaies d’Égypte.
Dieu va donc se la jouer maitre des animaux et des éléments pour foutre un boxon pas croyable en Égypte et bien faire chier son monde.

D'abord il va faire en sorte que les croco s'entre dévorent histoire de gorger le Nil de sang, de tuer toute vie à l’intérieur et de foutre en l'air les récoltes. Ensuite il va apporter des grenouilles, qui vont aussi mourir et rameuter des mouches qui vont à leur tour mourir. Et tout ces cadavres vont amener des maladies qui vont faire quoi? Je vous le donne en mille, générer encore plus de malades et de morts ! S'en suivront encore la grêle, les sauterelles, la mort prématurée du bétail, la nuit inopinée et précoce (Ça va être tout noir) et enfin la dernière, la pire, celle que Moïse va éviter aux Herbeux en leur conseillant d'égorger encore d'autres innocents, des agneaux plus purs que n'importe quel être humain (c'est lui même qui le dit, hein), la mort de tout les premiers nés.
Ça fait quand même un putain de paquet d’innocents tués dans l'affaire vous ne trouvez pas? Si Dieu était si puissant et gentil il aurait pu tuer le Pharaon, puis son successeur, puis encore le suivant et ainsi de suite jusqu'à ce que l'un d'eux accepte de libérer les esclaves. Mais non, ça n'aurait fait qu'une dizaine de victimes, voir moins pour peu qu'un Pharaon aie réfléchi un peu, c'est pas franchement spectaculaire comme truc, des milliers et des milliers de victimes c'est beaucoup plus fun. Et puis ça fait une petite anecdote sympa à raconter.

En rouge et noir, lalala

Enfin donc, le fil de Ramsès, comme ceux de tout les égyptiens d'ailleurs, va succomber à cette dernière plaie. Et même si cet enfant était incroyablement laid je pense que l'ont peut tous comprendre sans trop de difficulté la profonde tristesse et la rage qui animent son père à cet instant.
Malgré cela il chasse les hébreux dés le lendemain. Alors qu'aucune autre plaie n'était prévue soit dit en passant.
Quand Moise est venu le voir juste avant que ça ne se produise il aurait pu le prévenir, non ? Histoire de lui laisser une chance de libérer les esclaves avant cette affreuse nuit et que tout les gamins restent en vie. Mais non, Monsieur choisi juste de lui dire de veiller sur son fils et se carapate sans plus d'explication. Tu m'étonnes qu'il soit furax après ça, le Pharaon.

Mais bon, les hébreux se cassent donc, défilant dans les rues avec Momo toujours en tête. Ils partent avec des chariots, des moutons, des bœufs, des chevaux... Attendez, les animaux ne sont pas censés être tous morts peut de temps avant ? Et un cheval vous savez combien ça coutait à l'époque ? En fait, moi non plus mais je suis sur que ça ne devait pas être bon marché. Ce sont des putains d'esclaves, merde ! Ou ont-ils trouvé l'argent pour se payer tout ses animaux ?
Et les égyptiens qui les regardent partir en les huant juste un peu pour la forme alors qu'ils sont clairement responsables de la morts de leur enfants... Personne pour leur jeter un caillou ? Pour leur foutre le feu ? Pour sauter dans le tas et frapper, faire un max de dégât quitte à en mourir ? Les égyptiens sont tellement zen, putain, après tout ce qu'ils viennent de vivre. Là, comme ça, il ne m'apparaissent pas vraiment comme un peuple ayant mérité tout ce qui leur est tombé sur le coin de la gueule.

Néanmoins, une fois tout les esclaves partis le Pharaon se dit que, quand même, ça lui plombe un peu le cul qu'ils s'en sortent aussi facilement alors que lui et son peuple ont perdu leurs enfants. Il décide donc de les suivre avec quelques milliers d'hommes dans l'intention de tous les abattre. Histoire de se venger, parce que là il n'est plus qu'un père agonisant de tristesse, un mari qui voit sa bien aimée perdre la tête après la mort de leur enfant unique. Il les prend donc en chasse, Moïse est mis au courant et choisit d’emprunter un chemin de montagne qu'il ne connait pas pour aller faire trempette en bord de mer de l'autre coté.
On dit bien voir la mer et mourir, ça doit venir de là.

Enfin, lui et ses 600 000 nouveaux potes traversent la montagne tranquille, à pied, se retrouvent de l'autre coté, râlent un coup parce que, bouuuh la mer ça mouille ! Méchante eau, méchante !! Ils font un petit somme parce que, mine de rien, marcher non stop pendant tout se temps ça fatigue, alors qu'à ce moment là Ramsès et son armée, au triple galop depuis leur départ, débutent à peine leur ascension de la montagne pourrie.

Je vous passe le moment où, emporté par un éboulement, hommes et chevaux meurt de la façon la plus conne qui soit. Puis aussi celui où Momo, de rage, lance son épée dans l'eau puis voit le niveau baisser de plus en plus jusqu'à lui permettre d'aller la rechercher et décide que c'est maintenant, là tout de suite, qu'il faut traverser. Une lumière ce Momo, qu'on se le dise. Puis aussi celui où Ramsès et ses hommes, du moins ceux qui ont échappés au glissement de terrain, déboulent de front sur la plage au triple galop alors qu'ils sortent tout juste d'un sentier où il était déjà difficile de faire passer un seul putain de char à la fois...
Et venons en à l'affrontement final.

Momo est prévenu par son homme de main, qui est aussi son frangin, le vrai cette fois. Mais ça à tellement peu d'importance dans le film qu'on va dire qu'on s'en bat les couilles au moins autant que Ridley Scott. Et il fait demi tour avec une poignée de soldats improvisés pour tenir tête aux quelques dizaines de chars qui composent maintenant l'armée de Ramsès.
Alors qu'ils galopent les uns vers les autres un des soldats fait remarquer à Momo qu'il y a une méchante vague qui revient vers eux et qu'il serait peut-être de bon ton de ne pas totalement faire comme si elle n'existait pas. Au même moment un des sous-fifres du Pharaon lui fait remarquer exactement la même chose et celui ci lui fait clairement comprendre qu'il n'en a strictement rien à branler. Contrairement à Momo qui, pour la première fois du film, se dit qu'il y a peut-être eu suffisamment de morts et qui leur ordonne de faire demi tour.

Les hommes se plaignent un peu quand même :
- "Oh Momo, tu vas pas crever en héros tout seul non plus ! Nous aussi on veut en être. On veut que les gens ils se rappellent de nous.
- Non ! C'est mon histoire, vous vous cassez !
- Roh allez Mo-
- Rah mais cassez vous, bordel ! Vous n’êtes pas encore des hommes libres là. Vous êtes toujours des esclaves et vous arrêterez de l'être quand je vous le dirais. Alors là, maintenant, vous remballez vos couilles et vos épées, que vous avez probablement du sortir de vos anus respectifs, et vous me laissez mener ma gué-guerre tout seul."

Allons mes frères! Vers l'infini et au-delà!

Donc ils remballent le tout et font demi tour, comme on leur a dit de le faire.
On se dit qu'ils sont foutus quand même vu où se trouve la vague mais on verra ça plus tard car à peu prêt au même moment les hommes de Ramsès se disent qu'ils vont faire pareil, les fous, et ils tournent les talons, espérant avoir le temps de regagner leur rivage.

A ce moment là on se dit qu'on va avoir au moins quelques coups d'épées entre les deux faux frères. Peut-être même que la mer va se refermer autour d'eux en les laissant dans une sorte de vortex magique et que, même si on s'est fait chier pendant deux heures et quart, les dernières 15 minutes vont être épiques.

Sauf que pas du tout.
La vague les balaie.
Avant qu'ils aient pu s'atteindre.
On les voit se débattre un peu dans l'eau. On voit les Égyptiens se faire emporter et le peuple hébreux arriver juste à temps sur l'autre berge. On se dit que les apprentis soldats se sont fait prendre dans la vague, ils avaient au moins le double de chemin à se farcir eux, mais en fait non, c'est bon, il sont arrivés juste à temps aussi. Zéro perte du coté hébreux, ouf.
Enfin, sauf Momo qui est toujours entrain de luter dans les vagues.

Il se fait retourner quelques fois, son cheval succombe, encore une fois, comme tout ses putains de chevaux durant le tournage, et il est finalement rejeté sur le bon rivage, en vie. Décidément il avait raison, c'est trop un dur à cuire!
Mais Ramsès n'est pas mal non plus dans son genre vu qu'il s'en sort aussi, de l'autre coté bien entendu, ils étaient à quelques mètres l'un de l'autre quand c'est arrivé mais les courants marins, tout ça, c'est complexe à comprendre et il se peut très bien que deux naufragés soient portés vers des destinations différentes vu le bordel créé par la vague. Au fond c'est même pas le truc le plus illogique du film donc on le laisse passer presque de bonne grâce.
Les hommes de Rara, eux, n'ont pas eu cette chance, ils ont du tenter de rentrer au bercail au pas, je ne vois pas d'autre explication.

Après tout ça Momo a donc été rechercher sa femme et son fils, qui n'ont pas du tout vieillit, tout cela n'a donc du prendre que trois-quatre mois à tout casser. C'est cool il n'est pas resté absent très longtemps finalement, lui qui était prêt à y rester toute sa vie.

Enfin bon, après tout ça vous comprendrez qu'il ne pouvait pas décemment redevenir un petit berger paumé au milieu du désert, hein. Donc il a reprit tout ses fidèles sous le bras et il les a perdu pendant 40 ans dans le désert. C'était bien la peine. On le sait parce qu'on le voit très très vieux à la toute fin, histoire de bien nous rappeler que les boussoles n'existaient pas à l'époque et que l'eau de la fontaine de jouvence elle ne fonctionnait que dans le coin de désert de sa femme. C'est con de l'avoir quitté, hein !

Vous avez vraiment cru qu'il allait survivre? Naifs.

Enfin voilà. Je ne sais vraiment pas quel était le but du réalisateur en produisant ce film parce que les seuls choses qu'on en retient sont, dans l'ordre, que :

  • Dieu est un gros connard égocentrique
  • Les Égyptiens en on prit plein la gueule alors qu'ils n'avaient rien fait
  • Moïse est aussi égocentrique en plus d'être sans cœur
  • Il n'y a pas de justice vu que le "méchant" de l'histoire est le seul égyptien à survivre à la vague

Et je ne vois pas trop dans quel putain de contexte tout cela à un sens.
Sincèrement, je voulais voir Ramsès gagner. Je savais que c'était particulièrement improbable mais vu l'orientation que le film prend dés les premières minutes une réécriture de la fin ne me semblait même pas totalement exclue. Parce que si le but de ce film n'a jamais été de faire passer Moïse pour un connard, ben, c'est raté. Complétement. Totalement. A tout jamais.

Je crois que c'est évident mais est-ce-que le conseillerais ce film ? Non ! Il existe des tas de façons plus agréable de passer 2h30 et des tas de choses qui méritent d'avantage de dépenser ses sous pour les (a)voir. Passez votre chemin, donc.

12 janvier 2015

Soirées Divers 1 (Début d'une nouvelle histoire - Test - Préparation)

Aujourd’hui inaugurons une nouvelle rubrique qui aura pour but de revenir sur la semaine écoulée, sur ma semaine pour être plus précis, ou même sur les deux dernières semaines s'il s'est passé assez peu de choses. Enfin, ça à l'air méga prétentieux dit comme ça... Disons plutôt qu'il s'agira de petites choses qui auront pu se passer dans ma vie mais qui ne méritaient pas non plus tout un billet à elles seules.
Il n'y aura pas forcément des trucs tout les jours hein, je n'ai pas tout le temps quelque chose à dire non plus, mais il s'agira quand même de petits moments que j'aurais envie de partager autrement que par un message qui serait enterré en 15 jours sur les réseaux sociaux et que je ne pourrais plus jamais retrouver.
Je ne suis pas sur que ça va intéresser grand monde mais je tente quand même.


Dimanche 4 janvier :  Pourquoi les enfants ont-ils d'aussi mauvais goût en matière de cinéma?
Je viens de passer une demi heure à regarder des trailers avec ma nièce pour choisir le film qu'elle veut voir pour son annif et elle n'est intéressée que par celui qui a vraiment l'air à chier...
Astérix me fait vraiment très envie contrairement à ce que j'aurais pu penser, j'irais d'ailleurs le voir sans elle, tant pis pour sa pomme. Big Héro 6 il est impensable de ne pas le voir mais mademoiselle ne veut pas attendre qu'il sorte. Les minions ça ne m’intéresse pas mais j'aurais quand même pu faire un effort. Mais non, le seul qu'elle veut voir c'est Les Pingouins pourris de Madagascar... Sérieusement? Le trailer est super nul quoi. Puis, si j'ai bien compris c'est l'histoire des pingouins avant qu'il ne finissent dans le film Madagascar, c'est ça? Donc c'est l'histoire de quatre piafs libres, qui vivaient dans leur élément, sur leur banquise, puis qui sont partit à l'aventure (jusque là ça va encore même si c'est le truc le plus original du mooooonde en matière de scénario) et qui se retrouve enfermés dans un zoo à la fin... C'est ça l'histoire? Réellement? C'est quoi la morale derrière ce truc? Reste à la maison parce que dehors il y a des gens qui veulent te transformer en objet et te mettre dans une cage? Ça donne envie, mais tellement, sérieux.

Lundi 5 janvier : J'ai reçu les livres que j'ai gagné grâce aux Éditions Delcourt!  Trop contente!
Par contre j'ai pas reçu le lot qui était prévu ce qui fait que j'ai reçu deux fois le même livre aujourd'hui parce que je me suis offerte la BD d'Axolot qui justement se trouvait parmi les livres gagnés et que je n'en pouvais plus de la voir partout sauf entre mes mains. Donc je l'ai en double. Bon, qui veut faire un échange (je l'ai pas encore finie mais elle est vraiment cool!)?

Lundi 5 janvier, un peu plus tard : J'ai fêté le fait d'avoir assez maigri que pour n'avoir plus une seule culotte à ma taille en en achetant des nouvelles. Et en taille 14-16 ans! Ça faisait tellement longtemps que je ne pouvais plus me le permettre, je suis trop contente!
Oui, les culottes d'adultes elle ont trop nulles! Mois je veux des ananas et des petits chiens sur les miennes et pis c'est tout.

Mardi 6 janvier :  Ma première galette des rois faite maison. Et vegan. Et, putain, qu'elle était bonne!
Même mon père, que je doute de pouvoir un jour rendre végéta*ien, la trouvée terrible.
Pour la recette c'est ici, chez Peuvent-il souffrir.

Mercredi 7 : Que dire, franchement...

Jeudi 8 : J'ai reçu ma Kobo Touch! Je suis trop contente!
Mais elle ne s'allume pas... Je suis trop déçue.
Heureusement Hélène est super et on est en train d'arranger ça. Ouf.

Dimanche 11 : J'ai vu Asterix finalement et, effectivement, c'était pas mal du tout. J'ai juste tiqué sur un truc, qu’apparemment tout le monde à part moi à trouvé normal, fait chier. Qu'Obelix et Asterix "joue" avec le sanglier qu'ils chassent c'était déjà limite, surtout que le sanglier semble par moment se prêter au jeu, alors que lui joue sa vie quand même, hein, faut-il le préciser? Que pendant tout le film il réussit à sauver ses miches (le groin-groin donc) mais que la scène finale soit le traditionnel festin où, bien sur, Obélix se tape un sanglier à lui tout seul et que ça ne choque personne ben moi ça me fait peur. Et ça m'attriste. Et ça me fait chier, oui, voilà, c'est dit. L'attrapage, l’abatage et le dépeçage ça on ne l'a pas montré hein, faudrait surtout pas que les gosses soient en état de choc devant une scène aussi atroce (ou se marrent s'il s'agit de petits cons psychopathes). Alors autant bien faire la distinction entre le sanglier qui court dans la foret et le truc cuit qui se fait bouffer, qu'à aucun moment les gamins, et les adultes aussi hein, au fond, ne fasse le lien entre les deux. Et oui, ça ça me fait profondément chier. Et c'est vraiment dommage parce que le reste du film est franchement bien.

semaine1 copie

Lundi 12 : Bon, voilà, j'ai entamé cette nouvelle rubrique dimanche passé sans rien en dire. J'aime assez le principe même si le fait que ça ne sorte qu'une fois par semaine n'est pas super idéal pour traiter des sujets d'actualité. Mais, comme vous avez pu le voir, les thèmes abordés jusque là ne le sont pas trop, donc je ne trouve pas que ça soit vraiment dérangeant. A vous de me dire ce que vous en pensez maintenant.

 

 

26 mars 2014

The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson) - Un film à voir

J'ai vu The Grand Budapest Hotel hier.
Ce film est génial! Allez le voir!

The Grand Budapest Hotel

C'est un peu trop bref peut-être? L'ennui c'est que ce film est un peu particulier et que je ne sais pas du tout comment vous en parler. Il est drôle mais il ne faut pas s'attendre à éclater de rire non plus. Émouvant mais il ne mouille pas les yeux. Intéressant mais on se demande parfois pourquoi.
Enfin pour moi c'est un OVNI, très beau et particulier visuellement, avec une brochettes d'acteurs plus emblématique les uns que les autres. Pour moi c'est un coup de cœur, pas de doute, j'ai presque envie de le revoir une seconde fois pour profiter d'avantage des décors et moins des sous titres. (Humour humour, mais avec un fond de vérité, si vous ne parlez pas du tout anglais et que vous vous contentez des sous titres à 100% vous perdrez des subtilités dans les dialogues, c'est vraiment dommage, surtout quand on choisit d'aller voir le film en VO pour éviter d'en perdre une bonne partie avec des doublages dégueulasses.)

The Grand Budapest Hotel

Je vous parlais du casting de fou, voilà de quoi vous mettre l'eau à la bouche : Jude Law (John Watson, Sherlock Holmes), Ralph Fiennes (Vodlemort, Harry Potter), Mathieu Amalric (François Besse, Mesrine), Jeff Goldblum (Ian Malcolm, Jurrasic Park), Adrien Brody (Noah Percy, Le Village), Bill Murray (Peter Venkman, SOS Fantomes), Tilda Swinton (La Sorcière Blanche, Narnia), sans oublier le très jeune mais déjà très bon Tony Revolori dont c'est, me semble t-il, le premier grand film.

Donc voilà, je ne sais pas si mon article en aura motivé beaucoup à sortir dans le froid pour voir par eux même de quoi il retourne mais au moins j'aurais essayé.
Je vous laisse avec la bande annonce, vous me direz si elle vous parle autant qu'à moi.

09 juin 2012

Blanche Neige et le Chasseur en avant première

Chouette petite soirée cinéma pour nous hier soir, ou ce matin ça dépend comment on voit les choses vu qu'on est rentré à 2h. On a pu voir Blanche Neige et le chasseur en avant première, et ce alors qu'on a décidé l'après midi même de se faire un cinéma.

Quand on avait vu la bande annonce, il y a un mois peut être, on s'était dit pourquoi pas, que ça nous permettrait de voir si Kristen Stewart était vraiment une mauvaise actrice ou si, comme Robert Pattinson, elle pouvait nous réserver de bonnes surprises et prouver, si preuves il faut, que Twilight est vraiment une grosse bouse qui rend les acteurs nuls à pleurer.
C'est donc sans en attendre de trop mais un peu quand même qu'on est partit le voir. Surtout que la semaine passée on à été voir Prometheus (oui grosse semaine 7eme art pour nous) et que, vraiment, ça faisait très longtemps que je ne m'étais plus retrouvée au cinéma en me disant "Mais bordel il dure encore longtemps ce film? Je veux sortir! Je m'ennuie..."

Et donc finalement on est sortit de là très content d'avoir choisis ce film. Bon la petite Kristen n'est assurément pas la révélation du siècle en matière d'actrice mais elle su tirer son épingle du jeu plutôt bien. Elle est crédible, franchement pas moche et... Elle sait sourire!  Je ne sais pas si vous avez eu le courage de regarder Twilight, perso je n'ai regardé que les deux premiers (pas envie de payer pour ça donc je me suis arrangée pour ne pas avoir à le faire, (de façon presque tout à fait légal hein...), et a une époque ou je n'avais vraiment plus aucune idée de ce que je pouvais regarder et que je n'avais pas encore vu) et je peux vous assurer que je ne me souviens pas de l'avoir vue ne serait-ce qu'esquisser le début d'un sourire dans son rôle de Bella. Alors le vampirkibrille a prouver, avant et après, qu'il savait jouer, qu'il se débrouillait même plutôt bien et qu'il pouvait même être étrangement craquant. Étrangement parce que honnêtement j'ai rarement vu un mec (acteur, adulé, célèbre, etc) que je trouvais aussi moche et quelconque qu'Edward Cullen. Mais la petite humaine qui veut briller aussi, elle elle n'en avait pas encore eu l'occasion. Faut dire que moi aussi j'aurais hésité à la prendre comme actrice principale dans mon film (si j'avais été productrice s'entend) après l'avoir vue tirer la gueule sans arrêt dans son premier rôle important.

Enfin revenons en à nos moutons, l'histoire a bien sur quelques points pas super logique, déjà pourquoi la méchante belle mère n'a t-elle pas fait tuer Blanche Neige dés le début? Ça lui aurait évité de potentiels problèmes futurs, mais bon ça nous aurait aussi empêché d'avoir une histoire. Il y en a un ou deux autres mais je ne dirais rien pour ne pas spoiler et franchement ils sont minimes, ça ne gâche pas du tout le film. Assez peu de temps morts aussi, une seule petite longueur sur la fin mais pour ainsi dire indispensable, donc bon.
A part ça on nous évite pas mal la romance de base de ce genre d'histoire, c'est pas plus mal, surtout qu'il y en a quand même un peu, mais limite on en aurait aimé un peu plus... Surtout à la fin. Oui jamais contente je sais.

Donc pour conclure voilà un film qui, pour moi, s'il ne s'inscrira certainement pas dans la lignée des grands films qui résistent au temps, permet tout de même de passer un moment agréable et de (re)découvrir une actrice qui n'a pas super bien commencé sa carrière (du moins pour tout qui n'aime pas les histoires de vampires qui brillent et qui tirent la gueule tout le temps).
Je recommande donc.

Seul bémol si l'on peut dire, les nains qui n'en sont pas. Plutôt que des prendre des acteurs nains les producteurs ont préférés en prendre de tailles "normales" et les retoucher par ordinateur... Quand les producteurs se mettent à faire ce genre de choses j'aurais tendance à penser qu'on leur à octroyé un peu trop de budget...
Autre petit bof, le fait que les scénaristes sont de gros fainéants de moins en moins foutus de faire du nouveau. Une suite est sérieusement envisagée par Universal. Pourtant je n'ai pas trouvé la fin si ouverte que ça... Mais bon quand ça rapporte faudrait que ça rapporte encore plus. Espérons juste qu'ils sauront s'arrêter à temps, pas comme Madagascar 3 qui est actuellement à l'affiche aussi et qui me semble un parfait exemple de cette tendance à faire des suites pour faire des suites. Je pense à l'age de glace aussi, j'ai adoré le premier, le deuxième un peu moins, le troisième s'était vachement essoufflé, mais alors là franchement pour le 4 j'ai peur...

Enfin suite ou non, nains ou géants, le premier, celui ci, en vaut la peine. Ne vous laissez pas miner par ces détails et foncer le voir ;)

 Snow-White-Huntsman-120502-01

 

21 février 2012

Il était une fois une fois! Ma première critique ciné

Ma première critique cinéma ! Attention c'est une toute grande innovation pour moi! Je suis habituellement une foutue grosse nouille pour donner envie de lire un livre ou d'aller voir un film en en faisant un résumé. Autrement dis je prends un gros risque là, celui de vous faire fuir ce film alors que vous l'auriez peut être apprécié... Je devrais peut être me taire tout compte fait?

Nan mais bon j'ai envie de vous en parler en fait, ça fait plusieurs jours que j'en ai envie mais je ne savais pas comment le faire. Bah oui, critiquer, faire un article à moitié méchant et drôle, c'est assez simple en fait, à écrire, à lire et à publier.

En faire un qui dit du bien bah c'est plus ardu. Bon le principe même de la publication ne change nullement, mais est ce que ce sera facile à écrire? Est ce que vous allez le trouver plaisant à lire? Ah que de questions alors que le moyen le plus simple de le savoir c'est de tenter le coup.

Le film dont je vais vous parler aussi est une grande nouveauté pour moi vu que c'est un film belge... Attendez! Ne partez pas déjà... Ce n'est pas du cinéma d'auteurs!! Ce n'est pas du cinéma d'auteurs!!

Oui oui, je vous vois venir, les frères Dardenne, Bouli Lanners et compagnie... Si comme moi vous avez été un pauvre étudiant dans une école de faux cul où, hélas, l'une des profs se révéla être l'épouse d'un des deux frères terribles de la Belgique, et qu'en plus vous cumuliez les malchances en vous retrouvant dans sa classe ou dans celles d'un de ses merveilleux amis-collègues l'année de la sortie d'un nouveau nav long (très long) métrage signé LFD (oui parce que les frères Dardenne pourraient très bien être siamois en fait, étant donné qu'il sont incapables de travailler l'un sans l'autre. Enfin si on peut appeler ce qu'ils font à deux du travail), vous avez forcément  envisagé le suicide comme une alternative douce et agréable quand, de force, on vous a installé sur le siège d'un vieux cinéma miteux, dans un recoin de la ville, où seuls sortent les gangsters et les voleurs de mobylettes, pour vous forcer, toute une vie durant (en tout cas c'est l'impression que vous avez eu sur le coup) à visionner l'un de leur merveilleux chefs d’œuvres cinématographique.

Personnellement c'est à L'enfant que j'ai eu droit, et jamais je n'ai autant regretté de ne pas être en mesure de me bourrer la gueule sur l'instant jusqu'à en oublier comment je m’appelais. Pendant 2 h j'ai suivis d'un œil incrédule les "aventures" d'un jeune papa. Qui souhaitait vendre son bébé certes, mais qui surtout, prenait transport en commun sur transport en commun. Si ce film n'a pas été sponsorisé par le TEC (la société des transport en commun wallonne) je n'y comprends rien. C'est bien simple, quand enfin le crédit de fin s'est affiché sur la toile blanche et que les étudiants du secondaire, qui avaient été forcés eux aussi à venir, se sont levés en hurlant pour applaudir, j'ai eu terriblement envie d'en faire de même. La seule raison qui m'ait empêché de le faire fut que mon esprit, tout comme mon corps, étaient terriblement endoloris par l’épreuve qu'ils venaient de subir. J'ai bien crus qu'ils ne pourraient jamais s'en remettre. Heureusement l'être humain (et en l’occurrence ma petite personne) est plus solide qu'on ne pourrait le croire, et je m'en suis relevée.
Des navets j'en avais déjà vu bien sur, mais là, savoir qu'une bande de dégénérés cérébraux avait primés ce film à Cannes... C'est bien simple, depuis, dés que je vois les petites ailles du festival sur une affiche, je classe d'office le film parmi les bouses de l'année. Tenter de me faire dépenser mes précieux sesterces  pour aller voir un film en me donnant pour unique argument qu'il a fait un tabac sur la croisette c'est précisément ce qu'il faut faire pour être sur que je resterais chez moi.

 

Aaaah quand je vous disais que la critique est aisée... Mais j'avais besoin de cette petite introduction pour mieux amener mon sujet.

Le film, le bon film, dont il est question ce soir est le nouveau Il était une fois, une fois. Bon d'accord le titre est peut être un peu limite. Mais en fait il est plutôt bien choisi, il pose directement le genre d'humour auquel on va avoir droit.

J'avoue que quand j'ai lu le résumé je me suis dis bof... Quand j'ai regardé la bande annonce par contre j'ai rigolé quelques fois (ce qui est pas mal étant donné qu'elle fait approximativement 40 secondes). Mais un doute subsistait toujours, avais-je envie de payer pour ça? Bah oui, par ici pour un cinéma à deux c'est 18€ quand même, mieux vaut bien choisir son programme si on ne veut pas risquer de se maudire toute la soirée. J'ai donc un peu hésité puis finalement la curiosité a été la plus forte et j'ai réussis à persuader Sieu K que lui aussi avait envie d'aller voir ce film. Toutes les filles savent faire ça non? Et puis de toutes façons il a aimé aussi finalement, il a même rit plus que moi.

Enfin donc, que dire sans vous spoiler... Déjà un film belge sans Benoit Poelvoorde c'est rare! Un film belge sans François Damien c'est bien! Un film belge avec des belges qui, de un, n'essaient pas de camoufler leur accent et qui, de deux, n'ont pas l'accent bruxellois, c'est mieux!

Certains ont trouvés que le film était rempli de gros stéréotypes et de clichés sur les belges, moi j'appellerais plutôt ça de l'auto dérision, chose que certains devraient essayer de cultiver un peu, ça fait pas de mal.

Le tour de Wallonie des accents est un pur régal pour les oreilles (et pour les muscles zygomatiques) et l'explication du système fédéral est merveilleuse de simplicité et de réalisme à la fois, ce qui en fait une scène complétement surréaliste en fait.

Non vraiment en un mot comme en cent j'ai adoré ce film.

Pour moi Charlie Dupont qui joue le rôle de Serge, a le potentiel nécessaire pour devenir le nouveau Poelvoorde. Reste à voir si on lui en laissera l'oportunité. Jean Luc Couchard dans le rôle de Frank est merveilleux aussi, mais lui on le connait déjà un peu. 

Il est a l'opposé complet de ce que je regarde en temps normal mais franchement ça fait du bien de rire un peu et d'avoir droit à un humour qui change totalement des blagues éculées de Taxi ou La vérité.

Bon j'ai déjà eu quelques retours de françaises qui n'ont pas du tout trouvé la bande annonce marrante, donc déjà là c'est mal barré. Mais bon je vous la met quand même, vous m'en direz ce que vous en avez pensé =) (Je veux l'avis de Mr Wiiizzz!!)

Enfin j'admets quand même que quand je l'ai vue je me suis demandée si le film allait réussir à s'exporter. Parce qu'autant L'enfant a facilement pu se glisser dans les vidéothèques de tous les bobos altermondialistes qui aiment ce qui est "in" dans un monde très select et fermé. Autant ce film ci ne se prend pas pour ce qu'il n'est pas. N'y cherchez donc pas de psychologie de comptoir ou à 2 balles et n’espérez pas qu'il lancera une quelconque réflexion pseudo bien-pensante sur le monde ou la destruction que nous nous imposons. Ou bien vous risquez d'être déçus.

 

 

 Je vous laisse aussi le lien du site qui a été créé exprès et où il y a des trucs à gagner et des mots belges à apprendre...

http://www.iletaitunefoisunefois.be/

Posté par kobaitchi à 23:32 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,